willem haerents la pareja en a bar

 

Les lampes s'éteignaient derrière les rideaux. Il ne faut pas aller trop vite. Crainte de tout casser en faisant trop de bruit. On voyait bien qu'elle n'était pas comme les autres. Elle n'avait pas le sourire aguicheur et les blagues faciles. Le décolleté profond mais l'attitude réservée. Elle me fascinait. Plus d'un l'avait approchée. Elle ne disait mot ; ils repartaient vexés. Certains l'insultaient, un peu éméchés mais aucun n'eut de geste osé. C'était sûr qu'elle n'était pas à sa place. Que faisait-elle, au bar, solitaire ?

Au fond, un groupe un peu bruyant célébrait quelque chose. Sur la piste, des filles se déhanchaient assidument entourées des fêtards habituels. Et elle; immobile, isolée au milieu du fracas, comme une poupée de cire... Les yeux baissés, genoux croisés dans une attitude de défense, sa robe de satin trop échancrée pour une fille au chignon trop sage, elle ne ressemblait pas à une fille de la nuit. J'avais envie de la secouer, la réveiller, l'emmener... mais je n'osais pas, quelque chose me retenait.

Et puis cet homme est entré, le chapeau vissé sur la tête comme dans les films des années trente. L'air viril, d'un pas assuré, il s'est dirigée vers le bar et sans hésiter a commandé deux cocktails. Il lui en a mis un d'office dans les mains. Il était vraiment proche d'elle et lui parlait tout bas. Je me suis dit que je me trompais sur toute la ligne. Ça sentait le mac et la fille nouvelle... Et puis, il l'embrassa. La fille se détendait. Elle était à présent tout entière à son baiser. Une bretelle glissa de son épaule. J'entendis les clameurs au fond du bar et des cris et des bravos éclatèrent sur la piste. Et tout le monde se rapprocha du couple qui les regardait en riant.

- Vive Audrey et Clément ! Bravo, les fiancés !

- Vous exagérez les copains ! Qu'est-ce que j'ai eu peur sur mon tabouret ! Avec ces types qui me lorgnaient. Et tu étais dans le secret, Clément !... Bien joué!

Nous étions quelques-uns à ne pas comprendre. C'était du théâtre ? J'aurais pu faire partie de la pièce ? Etre l'un de ceux qui avait pu frôler la beauté, la grâce de cette jeune fille, sentir son parfum, admirer le grain de sa peau ? Elle me faisait tant battre le coeur mais j'étais si timide. Je demandais à l'un des supposés acteurs :

- Mais, qu'est-ce que c'est ?...

- EVJF, répondit-il. Et devant mon air interloqué, il ajouta : Ils vont se marier...

 Dans ma main, mon verre s'est brisé comme un éclat de rire.

 

© Lakévio