En bateau, Lakevio !

22 février 2019

Séquence à trois

 

Bonjour, bonjour ! Me voici revenue.

A vos plumes !

JanToorop Three women in profile witj a street

Jan Toorop - Trois dames de profil avec rue.

 

C'est le devoir à trois points de vue...

A lundi !

 

 

Posté par lakevio à 06:02 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :


15 février 2019

Pause-thé

 

 

maroc un-the-au-maroc by syl20

 

Vous êtes en vacances !

 

Posté par lakevio à 06:05 - - Commentaires [13] - Permalien [#]

14 février 2019

Orientales

 

Un bonjour d'ailleurs !

orientale adolf steel

orientale emile lecomte-vernet 3

orientale emile lecomte-vernet 6

orientale emile lecomte-vernet la fidele

orientale jean francois portaels

 

orientale Emile Lecomte-Vernet

 

 

12 février 2019

Le livre et les rêves

 

Le livre est toujours une évasion. 

La photographie et la création aussi.

Que dire lorsque tout s'allie ?

Que le plaisir est triple !

 

Merci à Christine Ellger de nous procurer tant d'émotions poétiques. Du rêve à l'état pur. Je ronronne autant que le petit chat !

Christine Ellger Tutt'Art@ (1)

artiste photographe allemande contemporaine (1948)

montage numérique et manipulation de photos.

 

christine ellger

  

Christine Ellger Tutt'Art@ (7)

 

christine ellger photographer

 

Christine-Ellger-18

 

-Christine-Ellger-9 german photographer

 

Christine Ellger Tutt'Art@ (13)

 

christine ellger 79_original

 

christine ellger 45

Posté par lakevio à 06:02 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags :

11 février 2019

Conte du lundi 139

 

jacqueline Gnott- keys

 

Les dix à caser :

 

Tardivement 

Symphonie

Eclat

Bordure

Ergot

Influence

Grenat

Correct

Fracasser 

Parloir

 

Un peu tardivement, je réalisais que j'avais fait une erreur. J'avais tant aimé ce meuble qui trônait au parloir du pensionnat Sainte Marguerite où j'avais été institutrice pendant vingt ans. A lui seul il donnait de l'éclat à la pièce un peu froide et austère. Je préférais  recevoir les parents dans la véranda somptueusement décorée de plantes qui s'y plaisaient bien. Confortablement installée dans un haut fauteuil d'osier, j'admirais la symphonie de vert tout en jetant un oeil à l'autre partie du salon et particulièrement sur le petit bureau-secrétaire dont le vernis et la dorure de la bordure brillaient dans la pénombre des lourdes tentures. C'était l'époque faste. Beaucoup de petites pensionnaires riches, enrubannées pour égayer leur uniforme gansé. Obéissantes, respectueuses, affectueuses, curieuses d'apprendre...

Puis vint la guerre. De nombreuses élèves partirent à la campagne mais je me rappelle très bien des nouvelles petites pensionnaires reçues à cette époque-là. La supérieure, Mère Angélique et la directrice, Mademoiselle Lafarge, nous avaient demandé d'être particulièrement gentilles avec elles... Avec la guerre, les séparations, on comprenait. Elles venaient essentiellement d'Alsace. Les événements qui ont suivi, avec la déportation de Monseigneur Piguet, suivant l'arrestation de la supérieure et de la directrice ont révélé l'action et souligné l'ampleur de la conscience et la générosité de ces personnes. 

Voici pourquoi, à l'heure de la fermeture définitive de l'établissement,  j'avais voulu emporter un souvenir de ce lieu et de ces chères religieuses.

Le joli meuble était chez moi et il m'était impossible de l'ouvrir. Je n'avais pas la clé des tiroirs. Depuis plusieurs jours, j'essayais avec les moyens du bord d'obtenir le déclic des serrures et rien n'y faisait. J'en étais à tempêter, taper du pied, frapper du poing. Une frénésie m'avait prise. Je parlais toute seule, criais même contre ce meuble récalcitrant. Je ressemblais à un coq sur ses ergots, impérieuse, colérique et désespérée. Je voulais ouvrir ! J'avais entendu, lorsque le meuble avait été monté dans mon appartement, qu'il y avait quelque chose dans le grand tiroir. Un glissement qui faisait songer à des documents. Et maintenant, de rage, j'aurais pu le fracasser pour en connaître le contenu. Je finis part en rire : "Pas étonnant qu'il ait tenu tête aux allemands ! Il sait vraiment faire de la résistance !"

Là-dessus, mon frère Georges est arrivé. Il a aussi essayé d'agripper le mécanisme avec une petite pince, sans succès. Et puis, c'est tout bête, il a retourné le meuble... Le grand tiroir inviolable n'était pas aussi profond qu'on l'aurait cru. Et dans l'espace masqué par le bois verni, à l'intérieur, sur un côté nous avons trouvé, stupéfaits, deux clés fixées avec des crochets...

La petite clé ouvrait tous les petits tiroirs. Les trois premiers étaient vides mais la quatrième avait un coffret noir, tout plat, qui contenait une très jolie croix avec des perles et un beau grenat en son milieu. Je ne puis m'imaginer à qui elle appartenait ni au couvent, ni au pensionnat...

Restait le grand tiroir. Nous avons essayé la grande clé et enfin le déclic s'est fait entendre. Nous nous sommes regardés longtemps, Georges et moi, sans parler, avant d'ouvrir. Une sorte de retenue, de pudeur soudaine, de peur, un peu, je crois. Les choses qui étaient là avaient sans nul doute leur influence. Un geste qui n'était plus anodin, peut-être même pas correct, cette mise à jour de secrets célés sans doute en des temps sombres...  Nous avons tiré ensemble, très doucement, le tiroir. Il y avait quelques lettres et quatre ou cinq photos d'anciennes pensionnaires. Mais pas n'importe lesquelles : nos petites protégées de guerre dont Mademoiselle Lafarge avait voulu garder trace...

Je décidai de les retrouver.

 

© Lakévio

 

La base de l'histoire, à lire ICI :

 

 

 

Posté par lakevio à 05:01 - - Commentaires [19] - Permalien [#]


08 février 2019

A toute serrure, une clé...

 

jacqueline Gnott- keys

Aquarelle de Jacqueline Gnott

 

Dix mots à caser, histoire de trouver des serrures à ces clés...

Tardivement

Symphonie

Eclat

Bordure

Ergot

Influence

Grenat

Correct

Fracasser 

Parloir

 

Ouverture, lundi !

 

 

Posté par lakevio à 06:08 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

07 février 2019

Les brumes de février

 

Ces impressions sibériennes

nous sont offertes par Denis Oktyarb. 

 

denos oktyarb photo portrait

Peintre russe contemporain (1977)

 

Denis Oktyabr from Siberia (4)

Denis Oktyabr from Siberia (5)

Denis Oktyabr from Siberia (7)

denis oktyabr-landscape-art-landscape-paintings

Denis Oktyarb 03

 

denis oktyarb 9-2

denis oktyarb 13

denis oktyarb 72_n

denis oktyarb 79a

denis oktyarb 80_n

J'aime la fluidité de sa peinture. Le flou et le mouvement laissent place à l'imagination et à l'émotion des visiteurs.

Des toiles très poétiques.

 

Mais... je préfère aller voir ailleurs si le soleil y est !

 

 

Posté par lakevio à 06:07 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

05 février 2019

Fruit carving

 

carving fruit - undersea-garden-400px

Nouvelle tendance pour enchanter vos invités...

Mais quoi, mais qu'est-ce ? 

La sculpture sur fruits !

 

Jamais essayé ? Ne me dites pas que vous n'avez jamais taillé des radis ou des pommes en formes de fleurs, réalisé des coupes ou paniers dans des melons ou pastèques ! Et sculpté les citrouilles pour Halloween !... Quoiqu'il en soit, vous avez le temps de vous entraîner avant vos tables d'été ! En attendant, restent des choses simples pour amuser petits et grands. Parce que, parfois, on peut être virtuose mais... trop, c'est trop !

En réalité, il s'agit d'un art très ancien pratiqué principalement dans les pays asiatiques, Chine (Xe siècle), Japon, Thaïlande mais aussi en Europe puisqu'un livre "Il Trinciante- Le Sculpteur", œuvre de Matthias Giegher en 1621, décrit, en effet, la sculpture d'oranges et de citrons en motifs abstraits, coquillages, animaux...

Sortez les couteaux !

carving fruit lemon

carving fruit pear mouse

carving fruit orange

 

carving fruit apple

carving fruit apple-butterfly

carving fruit melon

 

carving fruit pear stairs

 

-carving-fruit apple hearts

carving fruit-earth-orange

carving fruit apple 2

carving fruit avocat

carvinf fruit decor

 

 

 

Posté par lakevio à 06:05 - - Commentaires [6] - Permalien [#]

04 février 2019

Conte du lundi 138

leo-putz autumn-1908

 

Bien chère cousine,

Vos yeux sont un lac clair un jour de printemps. Votre teint si pâle est comparable à un tableau de Gainsborrow ; c'est ce qui m'est venu à l'esprit lorsque je vous ai vue dans votre robe bleue... Votre bouche vermeille aux lèvres tremblantes m'émeut lorsque vous lisez à voix haute au salon. Et j'aime lorsque vous agrippez mon bras pour la promenade. Ne vous effarrouchez pas, cousine, mais je crois que je suis terriblement amoureux. J'aime votre grâce encore enfantine et vos conversations à bâtons rompus. Vous êtes à la fois simple et directe et pleine de la retenue qui sied à vos jeunes années. Et pourtant vous semblez croquer la vie comme la prune cueillie sur l'arbre. Vous êtes lumineuse, intelligente et charmante.

Aimée, douce aimée, je sais que j'ose beaucoup, mais j'avoue vous chérir tendrement depuis votre retour. Mon coeur ne bat que pour vous et j'espère effrontément que le pauvre cousin Paul ne vous est pas indifférent et que vous apprécierez qu'il vous fasse la cour. Evidemment, cela sera en tout bien, tout honneur, avec l'accord de vos parents. Je crois qu'ils n'en prendront pas ombrage, ma chère Sybille, puisqu'on m'a déjà agréé auprès de votre soeur Sarah que j'instruis aussitôt de la rupture de nos fiançailles.

Tendrement, tout à vous.

Paul.

 

© Lakévio

 

 

Posté par lakevio à 06:04 - - Commentaires [28] - Permalien [#]

02 février 2019

Une maille par-ci...

 

Une maille par là !

Distribution à Noël de lainages pour petits corps frileux...

Rosine a hérité du pull de sa mère

(tricot vintage des années 90, précurseur des "pulls moches de Noël" à la mode cette année !

pull noel ASo dec 1990-2018

Porté par Brunertte à Noël 1990 !

 

Douce a apprécié le blouson de la Reine des Neiges...

blouson laine M 20181113

 

Béatrice a gardé toutes les vacances le cardigan écru tout doux

aux jolis boutons oursons des neiges.

tricots noel 2018

laine boutons B dec 2018

Ouvrage très vintage. Catalogue Phildar Enfants N°137 (années 80 !) modèle 12.

 

A la couture :

Des serviettes à élastique, encore et encore, de plus en plus grandes (45x50 cm) car ils poussent les p'tits bouts !

bavoirs 2018 A

 Tuto trouvé ICI

 

Des sacs, toujours utiles. (Nous sommes encore à la recherche d'une pochette égarée durant les vacances de Noël... j'ai retrouvé une paire de chaussettes, un bandeau, de multiples et diverses pièces de jeux, mais le petit sac d'Augustin, point !)

 

sacs 20190125

Tutos trouvés en vidéos sur Y*utube

 

 

A faire et à défaire, on n'est pas sans rien faire !

 

 Et aujourd'hui, c'est pâte à crêpes !

pâte a crêpes

 

 

 

Posté par lakevio à 06:02 - - Commentaires [11] - Permalien [#]

01 février 2019

La colère

 

leo-putz autumn-1908

Léo Putz - Autumn -1908 (détail)

 

Mais qu'a donc bien pu écrire Saul Smitger à Miss Sarah

pour que celle-ci soit si en colère ?...

Je compte sur vous pour enquêter.

 

Vous ragoterez lundi !

(le lundi, c'est permis.)

 

Posté par lakevio à 06:01 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :

31 janvier 2019

La Marie Vison

fur coat vison vintage

Je viens de recoudre la doublure du vison de ma belle-mère... (Il doit bien avoir plus de quarante ans.)

Attention, je ne fais pas ici l'éloge de la fourrure, si légère et si chaude, élégamment portée par ces dames, voire quelques messieurs à leur col ou à leur tête. Enfin, ça c'était avant ! Avant qu'on ne découvre qu'il s'agit, à notre époque, de violence gratuite envers les animaux. 

Vêtements des premiers hommes, lits et couvertures, tapis, tentures, toitures, les peaux ont été utiles il y a très très longtemps. Puis elles sont devenus trophées et ornements réservés aux plus riches. Et nous en sommes à l'élevage en batterie de ces jolies bestioles exclusivement réservées à... l'abattage  pour la mode !

Nous avons, direz-vous, la chance d'avoir aujourd'hui de très belles imitations. Mais là encore, attention ! On vient d'apprendre que parfois la "fausse" fourrure était en fait de la vraie, moins chère que la synthétique (coyote, lapin, chien martre). ET tout le monde sait que la "fourrure synthétique" vient du pétrole et contient souvent, en plus du coût et de la pollution dûs au transport, des éléments néfastes à la santé...

Chassez le poil, mes amis !

 

Les élégantes ignorantes d'autrefois.

fur coat Tamara Karsavina ballerina by alfred Eberling

fur coat Teodor Axentowicz

fur coat

fur coat Femme au chapeau de fourrure, par Edmund Charles Tarbell

fur coat mademoiselle vaughan, by, paul helleu,

fur coat Portrait of a lady wearing a fur coat and a hair band -- by Samuel Melton Fisher

fur coat bessie mac nicol

fur coat Edward Cucuel

 

fur coat Portrait of Fashionable Lady in Fur Jacket, vintage French painting c

fur coat 1914 Lady E

 

 

 

Posté par lakevio à 06:01 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags :

29 janvier 2019

Les rendez-vous parisiens

 

Attachée à nos rendez-vous saisonniers, je vous propose

le Paris d'hiver. 

John Salminen_December Light-Paris (002)

 

A Paris, on s'emmitoufle

On met les gants et lebonnet,

voire le cache-nez,

Et on s'en va arpenter la grande ville.

Juste pour s'aérer,

Sans clameurs haineuses ou désespérées.

Sans feux, ni fumées, ni échauffourées

Juste pour le plaisir des yeux...

   

john salminen 26

john salminen 27_n

john salminen 65

 

john salminen Uo4

John Salminen Tutt'Art@ (72)

 

john saminen 183

John-Salminen-Carousel-of-Paris

john salminen 17

 

john salminen 49

john salminen Metropolitan_

A mes amours,

Paris toujours.

 

Merci à John Salminen

John Salminen photo portrait

Aquarelliste américain contemporain (1945)

 

 

 

Posté par lakevio à 15:00 - - Commentaires [7] - Permalien [#]

28 janvier 2019

Conte du lundi 137

 

fable cigale_fourmi_epinal_1

 

Fait d'hiver

Le corps sans vie d'une jeune fille a été retrouvé par un passant, hier matin, rue des Nantis. Conduite immédiarement à l'Hospice, il a été impossible de la réanimer. Il s'agirait de Miss Sigall qui nous a tant régalés cet été par ses ritournelles. Accompagnée de sa mandoline, elle charmait par sa voix claire et faisait danser les jouvanceaux sur les places du village. Une enquête a été ouverte. On interroge actuellement Madame Lafourmy, première adjointe du Maire Jupiter Lepaon, responsable de la Culture en notre bonne ville. Celle-ci aurait été la dernière à s'entretenir avec elle. Sa voisine, Madame Renard, affirme l'avoir vue au vantail de celle-ci tandis qu'elle rentrait ses poules au poulailler de sa cour juste en face de la propriété de Madame la première adjointe. Alors que Miss Sigall venait réclamer encore une fois le paiement des spectacles d'été, proposant en échange d'établir un nouveau contrat pour l'été prochain, Madame Lafourmy lui aurait vivement recommandé d'aller danser ailleurs. Si ce fait était avéré, Madame Lafourmy risque fort d'être poursuivie pour non-assistance à personne en danger. Nous rappelons en effet, qu'avec les températures actuelles et le ressenti qui accentue la froidure, il ne fait pas bon de laisser même une poule dehors...

Belette Lapie,

reporter aux Dernières Nouvelles de Faucon-sur-Chapon.

 

© Lakevio

 

Posté par lakevio à 06:08 - - Commentaires [25] - Permalien [#]

26 janvier 2019

L'arbre échevelé

 

L'arbre échevelé cherche la lumière. Il tend ses rameaux vers le ciel, se hisse, se hausse, désespéré. Il prie ; il a tout oublié. Il ne sait plus qu'après l'hiver, il sentira les ramures frémir, il verra les branches bourgeonner, la sève lui donnera une vigueur nouvelle. Il pleure, il se désole. Il s'affole ! La bise tenace et gelée, c'est sûr, va le déraciner. Ses frileuses racines vont-elles longtemps le porter ? Il attend chaque matin, seul et nu, empli de chagrin...

arnold marc gorter 52

Arnold+Marc+Gorter-Natures+Mirror

arnold marc gorter 34

Arnold+Marc+Gorter-The+Vordense+Beek

arnold marc Gorter_Birches-in-autumn

arnold marc gorter 7

arnold marc gorter 41

arnold marc gorter 55

arnold marc gorter

arnold marc gorter 83

Toiles de Arnold-Marc Gorter, peintre paysagiste néerlandais - 1866-1933

 

 

Posté par lakevio à 06:06 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :

25 janvier 2019

Avoir du style !

 

Voici une fable de Monsieur de La Fontaine, que chacun connaît bien.

fable cigale_fourmi_epinal_1

 

 

Je vous propose d'en réécrire l'histoire dans un style différent.

Nouvelle, Témoignage, Théâtre, Intrigue policière, Biographie, Conte, Publicité...

Ou bien, Compte-rendu sportif, Actualité TV, article de presse ...

Vous avez le choix ! 

 

 Décomposezrecomposez.

Compiliation des oeuvres, lundi !

 

 

Posté par lakevio à 06:05 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

23 janvier 2019

Les ombres longues de l'hiver

 

L'euphorie de la première neige passée, je me rappelle des hivers de mon enfance et du paysage qui se dévoilait en promenade ou simplement sur le chemin de l'école. Et surtout les ombres fascinantes des branches des arbres qui semblaient ramper sur le sol tout blanc, poussées ou retenues par le soleil...

 

winter shadows Tarasova Irina Stanislavovna

  

winter shadows aquarelle daydre hamilton

  

winter shadows andre farnier

  

winter shadows mashami

 

winter shadow Morgan 20151120

 

winter shadows Andrew-Macara-Three-Sheep-Rakes-Lane-HQ

  

winter shadows poppy balser

  

winter shadows sonya johnson

 

Cliquez sur la premiere image pour les voir en plus grand format et connaître l'auteur de ces oeuvres.

Merci.

 

 

Posté par lakevio à 06:03 - - Commentaires [8] - Permalien [#]

22 janvier 2019

Le parisien sous la neige

 

On aime ce qui est rare, me dit mon amie suédoise. Je comprends. Mais c'est vrai que la première réaction du parisien au silence feutré qui l'entoure quand il se réveille est de courir à sa fenêtre pour voir si le ciel a tenu sa promesse...

Et elle est là !

Nous aurons froid, peur de glisser, peur de la gelée, de la gadoue, des voitures immobilisées... Mais pour l'instant, gardons notre sourire et admirons la ville blanche...

Paris-Winter-picture-2

paris snow 38

paris snow esther a paris

 

Ces photos ont été empruntées sur le Net.

Moi, j'admire la neige dans mon jardin !

paris_20190122

 

Posté par lakevio à 13:11 - - Commentaires [11] - Permalien [#]

21 janvier 2019

Conte du lundi 136

 

luigi zucchero controluce

 

Sur le coup de seize heures, j'ai décidé de sortir. Je n'en pouvais plus d'ennui à l'agence de Voyages. Après m'être appliquée à dessiner - reproduire, fort mal, des affiches m'invitant aux Seychelles, à Rome ou Madrid, je somnolais les yeux sur la pendule dans la chaleur du radiateur que j'avais tiré vers moi. A part le patron qui passe le matin, je ne vois quasiment personne à cette époque de l'année. Qui va venir, juste après les fêtes, quand le porte-monnaie est vide et le compte en banque pas mieux ?... Ceux qui partent se sont organisés depuis longtemps ! Même les propositions de dernière minute sont ignorées des passants. Faut dire que dans la petite ville, si on vend un voyage par semaine...

Tout d'un coup, j'ai bondi de ma chaise. J'ai enfilé mon manteau, pris mon sac et j'ai fermé la boutique. Besoin d'air frais. J'ai marché le long du canal, longtemps. Tout d'abord je ne pensais à rien. Juste entendre le bruit de mes pas sur le sol. Macadam, bois, gravier, terre... Sentir l'air froid sur mon visage, voir mon souffle devant moi, repousser quelques frisotis retombant sur mon front. Avancer. Loin. Partir... J'ai relevé mon col et enfoncé mes mains dans mes poches en arrivant dans les sous-bois mais je n'ai pas ralenti. Au contraire. Malgré l'étroitesse du chemin, j'ai augmenté la cadence. Je sentais mes pas jusque dans mon crâne et une sauvagerie dans mon corps. Je voulais aller jusqu'au bout. Mais le bout de quoi ? Du canal ? De ma vie étriquée et incomplète ?...

De l'autre côté, apparaissaient les étangs. Beaux, larges et calmes. Eaux lourdes, immobiles. Comment ne pas s'arrêter ? Contempler... Dans ma poitrine bondissait encore mon coeur exalté. Je me sentais enfiévrée, égarée, meurtrie. Je ne sais combien de temps je suis restée au bord de ce chemin, si près du miroir d'eau que j'aurais pu y glisser presque sans bruit. J'ai laissé le froid m'envahir et les larmes brouiller ma vue. Mon corps s'était relâché, mon coeur, apaisé. Mais je n'avais pas envie de revenir. Je regardais l'étang se noyer dans la brume et l'épaisseur du silence. Je ne regardais pas vraiment. Je sentais plutôt. Etait-ce l'odeur de marécages ? L'écharpe glacée du brouillard, mes pieds trempés de boue ? Je devenais l'étang, je devenais broussaille, je devenais air et eau et soir...

Le changement de lumière me fut enfin perceptible ; la nuit n'allait pas tarder. Je regardai de tous mes sens encore la beauté mélancolique du lieu. Je n'avais jamais vu encore de spectacle de la nature m'émouvoir à ce point. Au lieu donc de me laisser aller au désespoir, j'ai pris le parti de mélancolie active pour autant que j'avais la puissance d'activité, ou en d'autres termes j'ai préféré la mélancolie qui espère et qui aspire et qui cherche à celle qui, morne et stagnante, désespère.

J'ai repris, tout aussi vite, le chemin en sens inverse. Je suis retournée à l'agence. J'avais décidé de prendre des vacances. Et parce que j'aime l'atmosphère de mon pays d'enfance, je me suis inscrite à un voyage... à Bruges pour y voir la brume d'hiver sur les canaux !

 

© Lakévio

 

Posté par lakevio à 06:01 - - Commentaires [32] - Permalien [#]

19 janvier 2019

Poèmes de saisons 2

 

Offert à Noël, ce petit livret poétique sur la vie au dernier semestre de l'année de mes petit-enfants parodiens.

Merveilleux whatsapp qui permet d'être au courant des parcours, succès, bêtises, découvertes et aventures. Mamette en tirera bien quelque chose !

 

IMG_20190107_133204

 

IMG_20190107_133319

 

IMG_20190107_133358

 

IMG_20190107_133442

 

IMG_20190116_160354

 

 

IMG_20190107_133543

 

Posté par lakevio à 06:09 - - Commentaires [6] - Permalien [#]