En bateau, Lakevio !

18 janvier 2017

L'hiver inspire...

 

des paysages enchantés

Arbres sur la neige... Encore, mais c'est de saison et même d'actualité pour beaucoup !

 

Carol Collette peintre canadienne

 Carol Collette

 

ombres sur la neige - Eyvind Earle 5

 Eyvind Earle

 

ombres sur la neige - Loralie Clemmensen - Silent Cover

 Loralie Clemmensen

 

ombres sur la neige - Matt Brown

 Matt Brown

 

ombres sur la neige - Isabelle Fournier-Perdrix

 Isabelle Fournier-Perdrix

  

ombres sur la neige - Oscar Droege

 Oscar Droege

 

ombres sur la neige photography rod martinez

Photographie Rod Martinez

 

Golden Trees in the Snow, Tesuque Basin, New Mexico

Photographe inconnu 

 

Posté par lakevio à 06:08 - - Commentaires [7] - Permalien [#]


17 janvier 2017

Explication de texte

 

Je vais peut-être en déstabiliser quelques uns...

Quel était donc ce choix fait par Marion dans la vérité 43 ?... Comme l'a pressenti Eva, j'en avais un en tête et j'ai essayé de mettre des indices dans mon texte...

A la demande d'Adrienne, j'explique.

Quelle annonce peut terrifier des parents ? Une fille enceinte ? ... Bon d'accord, on a rêvé d'un autre avenir, de brillantes études, d'une jeunesse insouciante... Mais si c'est décevant un moment, c'est une bonne nouvelle quand même.

Le Jihad est quelque chose de possible dans le contexte : les parents sont des militants engagés avec des convictions fortes. La jeune fille est tentée par l'action, l'engagement, elle revendique son choix. Un choix amoureux avant d'être militant. Là les parents seront liquéfiés, horrifiés, terrifiés.

Mais il est un autre choix que ces parents ne peuvent comprendre, étant totalement athés et combien hostiles à la religion. Cette jeune fille a entendu un appel, elle a rencontré Dieu. Depuis un ardent désir l'obsède : vouer sa vie à son Dieu. Et elle sait que ce choix, totalement opposé à ce que sont ses parents va être dévastateur pour eux. Elle part vraiment très loin. Bien plus que si elle allait au Moyen Orient. Ce choix ne leur sera pas compréhensible et même certainement odieux. Il leur faudra bien toute la force d'amour pour accepter. Ce qu'ils feront certainement.

Je vous dirai encore que cela arrive. Mais qu'on n'entre pas au Carmel sur un coup de tête. Qu'il y a des stages pour vérifier qu'on ne se trompe, ni de crise de foi, ni de refuge ! Que les personnes qui vouent leur vie à Dieu ne sont ni crétins, ni dindes, ni oies blanches ; les vocations sont diverses et les conversions à tout âge. Et je suis sûre que les Carmélites ne s'ennuient pas du tout dans leur couvent.

C'était juste mon interprétation, écrite après lecture ICI et LA.

 

fraternites monastiques jerusalem paris

Fraternités monastiques de Jérusalem - Eglise St Gervais-St Protais - Paris

 

 

Les autres interprétations étaient toutes intéressantes puisqu'il y avait le choix !

A lundi prochain !

 

 

Posté par lakevio à 06:07 - - Commentaires [11] - Permalien [#]

16 janvier 2017

La vérité vraie 43

 

belinda del pesco

 

Cher papa, chère maman.

J'ai poussé doucement la porte du salon et je vous ai vus dans la quiétude de cette douce après-midi d'hiver. Heureux, détendus, confiants, aimants. Je vous aime tant, moi aussi.

Tu vois, Erica, je t'appelle pour la première fois "maman". J'ai mis du temps ! Papa m'avait dit que je n'étais pas obligée de te nommer ainsi parce que j'avais une maman au ciel, morte le jour de ma naissance. Il avait failli ne pas s'en remettre. Lorsque je t'ai connue, j'avais quatre ans et pas du tout l'envie d'avoir une maman qui prenait l'attention de mon papa. Mais ce ne fut pas la guerre. Impossible, tu es si... pleine de sagesse, si généreuse. je t'ai donc nommée "Erica", comme papa...

Mais aujourd'hui, parce que je sais combien vous vous aimez et que je vais, je dois, vous faire une grande peine, c'est à papamaman que je m'adresse. Je voudrais en discuter, en plaisanter avec vous, recevoir votre accord, ce serait plus facile... mais je vais vous inquiéter, vous contrarier, vous terrifier... Pourtant, demain, enfin, presque, j'ai dix-huit ans. J'ai bien réfléchi et fait mes choix. Ils sont bien loin des vôtres, tellement loin que je n'ai osé vous déranger pour vous l'annoncer en face. Mais je suis sûre de moi. J'ai rencontré quelqu'un. Vous ne le connaissez pas et je le regrette parce que lui vous aime déjà et que je n'ai aucun doute sur ce que je désire au plus profond de mon être. Il m'a fait découvrir qui je suis et ce que je peux faire de grand dans ma vie. Je voudrais tant que vous ne craigniez pas pour moi car ce désir ardent m'obsède et que je veux vivre cette vie-là et nulle autre de ce monde. Vous pourriez comprendre mon choix, vous en avez fait aussi, vous avez milité, protesté, manifesté, vous vous êtes engagés... Mais je devine que celui-ci va vous heurter de plein fouet.

Il est finalement peut-être plus simple de vous dire que je pars.

Je quitte la maison, mon foyer trop doux, ce cocon qui me retient insouciante, dans la méconnaissance du monde, dans l'inaction.

Je pars.

Que dire de plus pour vous apaiser ?

Peut-être vous laisser le choix des causes et raisons de mon départ ?

1) Je suis enceinte

2) Je pars faire le Jihad

3) Je rentre au Carmel

 

Je vous aime, mes chers parents. Je vous embrasse tendrement.

Marion

 

© Lakévio

 

Posté par lakevio à 06:06 - - Commentaires [28] - Permalien [#]
Tags :

14 janvier 2017

Aujourd'hui, repos...

 

 

belinda del pesco

Belinda del Pesco

 

Pour eux, oui, pour certains, peut-être,

mais attention ! lundi reviendra vite et j'attends vos devoirs ...

 

Posté par lakevio à 06:04 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags :

13 janvier 2017

C'est l'hiver

 

Canal gelé en Bourgogne

canal gele bourgogne

 

Lac glacé enneigé en Auvergne

lac enneige Auverge

 

C'est l'hiver et malgré ma peur du verglas (elles sont loin les glissades sur les caniveaux gelés !), les températures négatives et les extrémités gelées, j'aime ça !

J'aime cela parce que c'est le rythme des saisons. Parce que c'est le rythme de la terre et de la vie dans mon pays. Les bouquets de jonquilles et les fleurs des cerisiers, les sandales, baignades et jeux d'été, les feuilles mortes et le nouveau tablier, la neige effaçant les formes au jardin, Noël et les lumignons en mandarine, les fleurs de givre à la fenêtre... jusqu'au prochain printemps.

 

 

Posté par lakevio à 06:03 - - Commentaires [13] - Permalien [#]


11 janvier 2017

Les ombres des arbres

 

Je fais mienne un peu de la Vérité 42 : j'aime les ombres longues et décharnées des arbres en hiver...

Et je vous ai trouvé quelqu'un - un peintre, bien sûr ! qui les aime aussi...

William Hamilton Hays

 William H. Hays

artiste contemporain du Vermont en Alaska, spécialisé en linogravure.

 

william hays - solstice

 

william hays - jim's farm

 

william hays - blue dusk

 

william hays - totally amazing

 

william hays - delicate light

  

william hays - Ice dawn

 

 

Posté par lakevio à 06:01 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags :

09 janvier 2017

La Vérité-vraie 42

 

 Dan Volenec - nobody-takes-buses-anymore

Personne ne prend plus jamais le car de nos jours... C'est bien vrai. Surtout un soir de Réveillon !... J'ai voulu lui faire plaisir ; j'ai dit que je viendrais... Je n'aurais pas dû. Je ne pensais pas que ce serait si long, dans cette nuit glaciale... J'ai l'impression que nous n'avançons pas !... Il y a peu de passagers. Cette femme et sa petite fille qui dort contre elle ; où vont-elles ? Devant moi, un gros homme assoupi, sa tête brinqueballe et sa casquette menace de tomber. De l'autre côté il y a un ado engoncé dans sa doudoune col relevé mais comme il a retiré son bonnet, je vois qu'il s'éclate en écoutant de la musique. Il a fermé les yeux et parfois sa bouche s'ouvre toute grande sur une chanson muette... Derrière, d'autres passagers. Tous isolés, comme moi. Pourquoi voyagent-ils le 31 décembre. Vers quoi, vers qui vont-ils ?...

Je regarde par la fenêtre l'immensité neigeuse qui s'étire. Je ne reconnais rien, même pas les villages qu'on traverse silencieusement et où personne n'attend quiconque à l'arrêt de bus. Visiblement, les gens vont loin, comme moi. Douze ans que je n'ai pas pris cette route... Tim m'avait emmenée un jour dans sa voiture et je me rappelle la sensation de liberté, le vent sur mon visage, mes cheveux tourbillonnant et mon foulard envolé dans un éclat de rire. Où est Tim ce soir ?... Sans doute affalé sur son canapé sale à visionner un porn film en têtant sa bière... Pourquoi Tim revient-il dans mon esprit ?... Il y a bien longtemps que je l'ai laissé sur le bord de la route ! C'est la ville où je vais qui me rend chose... J'y étais revenue contrite et contrainte pour mieux repartir ...

J'ai dû somnoler. J'ai l'impression d'un cauchemar. Une nuit sans fin dans un autocar qui ne s'arrêtera jamais. Je me demande où nous sommes. Mon téléphone indique sept heures vingt-huit ; j'ai encore trois quart d'heures de route si nous n'avons pas pris de retard. Les mêmes personnes sont au même endroit que tout à l'heure et le chauffeur baille devant la route infinie. La neige n'est plus bleue ou grise mais jaune parce que l'éclairage est différent. Je me souviens de ces lumières jaunâtres lorsque je revenais dans le bus d'école les soirs d'hiver. Parfois, comme ce soir, je me retirais du groupe bruyant de mes amies écolières pour voir les ombres des arbres nus s'étirer sur la glace. Tout se déformait, semblait se tordre, s'étendre... J'imaginais des visages, des personnes, des arbres animés... Là est ma vocation de peintre. Chez moi, je reproduisais ces lignes en mouvement. Un jour, j'avais eu le courage de montrer un de mes dessins à mon professeur d'arts plastiques et il fut à l'origine de ma candidature à l'Académie de Wisconsin Rivers Falls... 

Vivre de peinture et d'eau fraîche disait mon père. Formule transformée en "Ivre de peinture et d'eau fraîche" par Mark...

Mark !

Mark si ordonné, qui a du mal à comprendre ces moments de vague, comme une insatisfaction, une quête incessante qui apparaissent toujours avant une période fertile de création. Il n'a jamais ce genre de problème ; il travaille lentement mais régulièrement. Il m'a laissée partir ce soir, m'encourageant dans la décision que j'avais prise, sans songer cependant à me prêter sa voiture alors que ma pauvre vieille gimbarde est en panne... Mais peut-être ai-je annulé la proposition car je souhaitais finalement le prendre ce vieil autocar. Sans doute pour revoir ces formes étranges dans la nuit à l'origine de ma vocation... Mark, comme moi, se moque bien du Réveillon. Je sais qu'il n'ira pas chez Cassie et Madeleine retrouver Renny et Pier. Il va s'installer dans notre lit et écrire quelques pages ou bien regarder un vieux film. Il rangera l'ordi soigneusement avant de décider de dormir et demain, il m'appellera pour me souhaiter une bonne année et tout le succès qu'il faut maintenir...

La lumière change encore et devient blanche. Je reconnais le motel à l'entrée de la ville. Un immense Père Noël en traîneau clignote sur la façade. Encore un kilomètre et je serai arrivée. Les rues sont animées. Des gens se pressent à l'hypermarché ou au pub, d'autres portant bouteilles ou cadeaux se rendent chez leurs amis... Je saisis mon sac et descend avec la dame et sa fille. Je les regarde s'éloigner sans hésitation ; elles sont donc attendues. Pour ma part, je prends le temps de regarder la longue rue commerçante, les boutiques illuminées et les passants visiblement pressés. Personne ne fait attention à moi. Je ferme mon manteau et m'enveloppe dans la chaude écharpe offerte par Mark ; il neige. Je dois remonter la rue pour trouver la maison verte sans clôture. Numéro 4227. Les fenêtres de devant sont allumées mais on ne distingue rien à cause de la buée. Mes pas crissent sur la neige de l'allée qui n'a pas été dégagée. Je frappe à la porte. Elle s'ouvre immédiatement.

- Bonsoir, Maman.

 

© Lakévio

 

Posté par lakevio à 06:09 - - Commentaires [26] - Permalien [#]
Tags :

07 janvier 2017

Le Bus

 

Dan Volenec - nobody-takes-buses-anymore

Dan Volenec

 

Nouvelle année, nouveau départ, il paraît...

On verra ça lundi.

A vos claviers !

Posté par lakevio à 06:07 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :

06 janvier 2017

Ce six, c'est neuf !

 

Déjà !

 

happy9 blog netvibes

 

Voici que, chers amis, j'entame ma dixième année de blog. Je ne dirai pas qu'elle sera la dernière. peut-être que oui, peut-être que non... 

J'ai passé un merveilleux temps sur ces pages, les vôtres, les miennes. Un long temps, beaucoup de temps. Durant ces belles années, ma famille s'est considérablement agrandie et, comme vous le savez, j'aime bien être près d'eux, travailler pour eux, partager avec eux. C'est ma priorité, c'est sûrement aussi la vôtre.

Pour pouvoir vous lire et vous offrir encore quelques découvertes artistiques et d'autres pages d'écriture, je vais ralentir ma production. Je sais que vous comprendrez. Je vous remercie de votre amitié, de votre fidélité, de nos rencontres et de vos échanges toujours riches et j'espère que nous passerons encore ensemble le cap de la onzième année. 

 

Aujourd'hui, je souhaite un très bel anniversaire au Goût

Dvorak Frank head-of-a-woman-with-peonies

 Frank Dvorak - Tête de femme avec pivoines

 

Et à tous, une

Joyeuse Fête des Rois !

Paris Ste Marie des Batignolles - Adoration des Mages

Paris, XVIIe - Eglise Ste Marie des Batignolles - Adoration des Rois

 

 

Posté par lakevio à 06:06 - - Commentaires [28] - Permalien [#]
Tags :

05 janvier 2017

Etonnant !

 

Li_Hongbo_Bust_of_David_paper 2012

Li_Hongbo_Bust_of_Marseilles_paper 2012

  

li-hongbo-paper-sculptures-malleable-flexible-5

Li-Hongbo sculptures

 

 

Etonnant ? Des sculptures classiques, direz-vous. Doué, l'artiste, sans doute, mais...

 

Mais... je vous l'accorde. Et même, il y a plusieurs "mais"...

 

 1) Mais, ces sculptures sont en papier !...

Li_Hongbo_portrait_818

 

 

2) Mais, et elles sont flexibles

ou malléables comme vous voulez !... 

li hongbo-2

  

li hong bo images

 

li hongbo

  

li-hongbo-sculpture

 

Li Hongbo est un artiste chinois (1974)

 

Je vous conseille de visionner la vidéo : ICI

 

 

Posté par lakevio à 06:05 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags :

03 janvier 2017

Cadeaux aux aiguilles

 

Pour mes grandes princesses, Rosine et Douce...

cape de bain de princesse 35

 

Pour la Mini, Béatrice

Gilet bolero 4

gilet bolero 3

gilet bolero 2

Gilet court framboise - Catalogue Lang.

 

Pour les parents

Housses de chaises dans de vieux draps qui dormaient dans l'armoire...

(Monogrammes de famille)

 

draps housses de chaises 43

 

 

 

Posté par lakevio à 06:03 - - Commentaires [13] - Permalien [#]

01 janvier 2017

L' An 2017

 

branchedegui

"Voici l'aube qui blanchit la campagne" et la nouvelle année pointe son nez... Son chiffre me plaît mais je ne sais ce que la Comédie Humaine nous laisse espérer...

Néanmoins, je veux partager avec vous de quoi partir d'un bon pied...

 

"Tu ne peux attendre de la vie d'avoir un sens

C'est toi qui dois lui en donner un."

(auteur anonyme)

 

 

bonne annee 53

 

Posté par lakevio à 06:00 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags :

28 décembre 2016

Fin d'année

 

 

sapin papillon 2016

 

 A l'année prochaine !

 

 

Posté par lakevio à 08:44 - - Commentaires [10] - Permalien [#]

25 décembre 2016

Joyeux Noël !

 

Nativity - Michael Adams

Travail sur plaque de métal de Michael Adams

 

Très beau Jour de Fête à tous.

 

 

 

Posté par lakevio à 06:05 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags :

24 décembre 2016

Y'a plus qu'à !...

 

decembre the american girl december 1934

 

 

Non, cela ne me ressemble pas !

Il est certain que je ne vais pas rester assise sur le pouf !

Une journée active commence...

 

 

Posté par lakevio à 06:04 - - Commentaires [8] - Permalien [#]

23 décembre 2016

Les cadeaux

 

decembre good housekeeping december 1949

 

 Offrir autrement, c'est l'idée de l'année.

Fabriqué maison ou chercher le "déjà porté", l'usagé.

Chiner, courir les brocantes, écumer Béthanie et Emmaüs.

Les cuisinières s'activent, les aiguilles chauffent,

on coupe, on coud, on colle, on emballe...

 

Pour un Noël solidaire, je vous recommande la toute nouvelle boutique en ligne...

label-emmaüs (clic)

 

 

Posté par lakevio à 06:03 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : ,

22 décembre 2016

La déco

 

decembre good housekeeping december 1935

 

 

Lumière en fête. 

Acheter une guirlande supplémentaire . Fait

Installer le rideau de lumière devant la fenêtre . Fait

Penser à coudre une chaussette supplémentaire à suspendre pour Augustin, je n'en ai que quatre... Fait

 

Comme vous l'avez vu avec la Crèche, le village est installé. 

Voici deux autres scènes de la vie au Village :

le marché

villageAvent 2016 le marche

 

la parade du cirque du... Père Noël !

village avent 2016 parade du cirque perenoel9

 

et l'arbre à cadeaux 

arbreacadeaux

 

 

Posté par lakevio à 06:02 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags :

21 décembre 2016

Le sapin

 

decembre the new yorker christmastree7

 

A moins d'aller le couper dans une sapinière créée à cet effet, j'en achète rarement.

J'attends toujours de pouvoir installer mon "tout blanc". Le piano devrait céder la place mais son acheteur n'est toujours pas venu le chercher... j'espère ne pas avoir à terminer la déco à la dernière minute !

Je vais le décorer avec mes boules de laine et créer un effet "papillon" en l'honneur de Béatrice. 

 

papillon boule de laine

 

 

 

 

 

Pour le concours chez La Mère de la Mule (ICI), voici ma photo :

 

Lac de Servieres - Auvergne

Les sapins au lac de Servières, près Orcival, Auvergne.

 

 

Posté par lakevio à 06:01 - - Commentaires [11] - Permalien [#]

20 décembre 2016

La Crèche

 

decembre farm journal december 1954

 

 

C'est fait.

Chez Brunette, la famille de Joseph cherche désespérément un logis, l'étable est encore vide...

Chez nous, l'étable est pleine, le berceau aussi.

 

Voici la crèche miniature du Village de porcelaine (village-calendrier de l'Avent)

 

creche minitaure 2016

 

 

 

Posté par lakevio à 06:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

19 décembre 2016

La vérité-vraie 41

Eurypyle (Détail) John William Godward 1921

 

 - Alors, qu'est-ce que tu en penses ?... Dire que je déteste les colliers ! En plus, ces grosses perles enfantines, si froides ! Cest trop visible et ça me serre le cou ! Si tu veux, je te le donne. Ne fais pas cette moue, Yvonne. Ce n'est pas comme si je l'avais reçu en cadeau ! C'est juste un héritage...

- Evangéline, tu exagères. D'abord, il te va très bien, même si tu n'aimes pas le jaune. Et puis, c'est à toi que cousine Germaine a voulu laisser le collier parce que tu étais sa filleule. Même si tu ne l'as pas vue beaucoup, c'est difficile de refuser son legs, quand même. Surtout quand il vient de si loin !...

- Oui, mais j'aurais préféré qu'elle m'invite au Japon quand elle était vivante ! Oh, pourquoi ne m'a-t-elle pas laissé ses boucles en émeraude dont maman parlait tout le temps et qui ont été attribuées à Dominique...

- Sans doute ce collier a-t-il une valeur particulière... au moins à ses yeux ! Il a l'air ancien. Plus ancien que cousine Germaine !

Tu devrais peut-être le faire expertiser chez un orfèvre ou un antiquaire spécialisé...

 

******

 

- Mademoiselle, ce collier d'ambre jaune et de lapis-lazuli que vous m'avez laissé pour expertise, puis-je vous poser des questions à son sujet ? Vous avez dit l'avoir reçu en héritage, puis-je savoir qui est le donateur ?... 

- Mademoiselle Germaine Lescandoix, ma marraine.

- Voulez-vous vous asseoir, je vais vous montrer quelque chose...

Ce catalogue de 1883 montre des bijoux rapportés d'Egypte près d'un siècle plus tôt par Napoléon. Ces bijoux datent de l'époque byzantine. Regardez ce collier... Voici une version colorisée... et voici une photographie plus récente, datant de 1948, lors d'une exposition à Lyon... Ce collier a disparu lors de son retour... Et je crois bien que nous venons de le retrouver !...

- Je ne comprends pas. Le mien ne peut être qu'une copie ! Qu'est-ce que ma marraine ...

- Le conservateur lyonnais de l'époque était Monsieur Henri Pourcheur. Il a été soupçonné parmi d'autres intermédiaires de cette disparition mais on n'a rien pu prouver. Les autorités d'alors ont juste remarqué que sa maîtresse avait pris le large. Elle était partie s'installer au Japon. Oui, au Japon. Et elle s'appelait...

- Germaine Lescandoix !

- C'est cela. Ne vous inquiétez pas ; il ne peut y avoir de poursuites à votre égard. Mais nous sommes obligés de conserver cette oeuvre antique et de la rendre au musée du Louvre. En échange, j'ai personnellement demandé qu'on vous remette la copie du musée, sans valeur autre que celle des pierres, pour votre bonne foi. Et... nous achèterons votre silence sur cette transaction avec une signature et un petit dédommagement.

 

*****

 

- Quelle histoire, Evangéline ! Quelle affaire ! Finalement, tu as eu un legs intéressant : une marraine-aventurière, un beau collier d'ambre et lapis qui, même s'il n'est pas antique, a quand même été exposé au Louvre ! sans oublier le petit pactole... Tout ça, c'est cadeau !

 

 © Lakévio

 

 

Posté par lakevio à 06:01 - - Commentaires [21] - Permalien [#]
Tags :