ann mortimer 15

 

"Le club de bridge était en goguette. On avait décidé d'aller pique-niquer au bord de la mer. Pique-niquer ! A notre âge... S'asseoir sur la plage, boissons trop chaudes imbuvables et sable dans l'assiette... Maude secouait la tête et soupirait. Stella avait tout organisé : il y aurait une tente pour l'ombre et chaises et tables pour se reposer. Maude avait grommelé qu'on aurait affreusement chaud sous la tente..."

Maude, c'est ma grand-mère. J'écris son histoire par épisodes car elle réserve toujours des surprises... C'est elle avec le chapeau, devant. Elle est terrible. Rien n'est jamais bien de ce qu'on propose. Et par-dessus tout, elle déteste changer ses habitudes ! Je l'ai toujours connue seule, irascible et tempétueuse. Un sacré caractère ! Un avis catégorique sur tout, lunatique, boudeuse et de plus... comment dit ma mère ?... Ah oui, "collet monté". Sabine, c'est ma mère, disait toujours que sa propre mère, déjà veuve lorsqu'elle était adolescente, était "affreusement collet monté" et n'autorisait jamais rien de ce qui aurait été amusant... 

Moi j'aime beaucoup ma grand-mère Maude, beaucoup plus drôle malgré son fichu caractère que ma grand-mère Chantal pourtant beaucoup plus laxiste mais assez ch... Enfin, bref ! Maude dit que Chantal est restée telle que dans ses années hippie ! C'est dire si elles s'entendent comme lapin et cochon ! Je ne sais pas si on dit comme ça mais c'est pas grave !

Pourquoi j'aime Maude, si difficile avec sa propre fille et ses amis "du Club" ? Et bien, contre toute attente, elles les trouvent "snobs" ; et on peut dire qu'ils le sont !... Ma mère n'est pas toujours commode non plus et ne prend jamais le temps d'écouter Maude. Moi, je passe beaucoup de temps avec elle et nous avons notre intime compicité ou notre intimité complice, comme vous voulez ! Elle est adorable, Maude, si on sait la prendre. Il faut savoir ne pas la contrarier, acquiescer, détourner, revenir et l'amener à se contredire. Je sais très bien jouer à ce jeu et ça la fait rire. Elle me trouve finaude et un peu filou sur les bords. Elle m'adore autant que je l'aime.

Pour en revenir à la sortie-promenade - qu'elle n'aurait raté pour rien au monde, cela dit, malgré ses commentaires et jérémiades, je lui avais promis que je lui ferai une belle surprise... J'avais l'intention, en effet, d'aller à la plage la retrouver. Elle adore me montrer à ses amis. Je suis sa petite-fille préférée comme elle est ma grand-mère préférée. On a bien le droit d'avoir des préférences, non ? Ce sont juste des correspondances, des affinités... Je comprends qu'elle maugrée ; c'est qu'alors elle se sent seule et en difficulté devant la nouveauté. Toute sa vie elle a eu peur que ses enfants tournent mal parce qu'elle était seule pour les élever. Combien de fois elle m'a dit : "J'étais responsable, tu comprends". Elle a eu beaucoup de mal à faire confiance à la vie qui l'avait malmenée.

Ah, je m'éloigne toujours du sujet ! Donc, j'avais l'intention, mais finalement je n'y suis pas allée parce que... Mais ce n'est pas l'essentiel ! Le lendemain, je suis allée voir Maude. Elle était de bonne humeur et tout sourire, une fois n'est pas coutume !... La sortie au soleil avait été délicieuse. Elle n'avait pas eu trop chaud. Elle avait mis ses pieds dans l'eau et Charles avait apporté un bon gâteau...

- Qui est Charles ? Quelqu'un du Club ?...

- Non, c'est le frère de Robert. Il n'était jamais venu au Club... Il est charmant... Je vais te le présenter.

- Parce qu'il est ici ?... 

Par-dessus le rideau de la porte vitrée du salon, j'aperçus un monsieur aux cheveux blancs en sandales et chemisette, ce qui me sembla bien loin de la tolérance estivale de Maude...

- Mais qu'est-ce que tu lui trouves ?

- Il me fait rire !

Je regardai Maude qui avait l'air guillerette comme jamais. Je l'embrassai avant de m'éclipser.

Je ne veux pas vous déranger ! Tu me raconteras...

 Quand je vous dis que Maude n'est que surprise !

 

© Lakévio