13 octobre 2008

Vendanges

  De l'ombre de la treille Il n'est que l'ombre de la treille Pour se rafraîchir plaisamment Et n'y a ombre sa pareille Ni qui tienne plus fraîchement, Et si est saine grandement. Puis troncs, branches, fruits et la feuille (Mais qu'en leur saison on les cueille), Tout est à l'homme secourable, Et (qui est plus grande merveille) Leur liqueur est très profitable. Eustorg de Beaulieu (1505-1552)     En 1270... ... chez Ciboulette ! Et maintenant : La cueillette (mal au dos !) Les paniers (trop... [Lire la suite]