27 novembre 2017

Conte du Lundi 86

  Catherine Rey   Jeu des Papous N°2 - Dix mots à caser. soierie excellent éliminer explication tranchant éclaireur douceâtre dominer effet hostile   Taratata! C'est excellent, les carottes, reprit d'un ton tranchant Cousine Nicole. Si tu veux une explication à mon tour de taille, le voilà ! C'est l'effet minceur de mon régime végétalien. Merlotte, ainsi nommée parce qu'elle aimait à siffler, rentra un peu plus son cou dans ses épaules. Cousine Nicole avait l'art d'étoffer vos mignonnets bourrelets... [Lire la suite]
Posté par lakevio à 06:07 - - Commentaires [29] - Permalien [#]
Tags :

20 novembre 2017

Conte du Lundi 85

    Chère Agathe, Sais-tu combien je m'ennuie !... Ah, je vois ta bouche s'arrondir ; tu es offusquée ! Je sais que je ne devrais pas dire ça mais qu'y puis-je si c'est la vérité. Tu avais raison et j'avais promis de ne pas te le dire si je constatais que je m'étais trompée. Je ne peux pas ! Tu avais donc absolument raison, ma petite Agathe ! J'ai été éblouie par la fortune, la vie facile qui s'annonçait, le voyage de noces en croisière... Tu te rends compte, une croisière ! L'Egypte !... Ah, j'ai bien hésité à te le... [Lire la suite]
Posté par lakevio à 06:02 - - Commentaires [42] - Permalien [#]
Tags :
13 novembre 2017

Conte du lundi 84

    C'est ainsi que Roberta avait toujours imaginé sa maison et elle était fière du résultat. Malheureusement Denys n'était plus là pour le voir... Elle espérait qu'il veillait sur elle depuis le paradis ! C'est sûr qu'il était au paradis, parmi les fleurs merveilleuses et leurs senteurs exquises et suaves. Il l'avait bien mérité le pauvre chou. Lorsqu'ils étaient arrivés ici, quand elle avait épousé Hans, elle avait promis à Denys de lui offrir le jardin de ses rêves. Hans avait relativement bien accepté Denys. C'était... [Lire la suite]
Posté par lakevio à 06:03 - - Commentaires [41] - Permalien [#]
06 novembre 2017

Conte du lundi 83

  Je suis née à quatre heures du matin, le 9 janvier 1908, dans une chambre aux meubles laqués de blanc, qui donnait sur le boulevard Raspail. J'ai toujours aimé les chambres. Aux chambres d'hôtel, qui me paraissaient si impersonnelles., je préférais l'alcôve, la pièce intime, le refuge secret...  J'adore toujours en pousser les portes par curiosité de celui qui vit là. Les meubles, les objets choisis, le fauteuil favori où on se laisse tomber pour se déchausser, faire glisser ses bas, toujours un geste sensuel, rien que... [Lire la suite]
Posté par lakevio à 06:06 - - Commentaires [39] - Permalien [#]
Tags :
30 octobre 2017

Conte du lundi 82

  Elle ne revient pas... Cela fait six jours maintenant. Et la rentrée est après-demain ! Qu'est-ce qu'on va dire si elle ne rentre pas ?... Je m'en veux d'avoir imité l'écriture de sa mère. On a juste voulu l'aider. Oui, mais s'il lui arrive quelque chose, notre conscience sera à mal ! En 1970, on pourrait penser que ce serait plus facile !... Elle n'est pas partie seule, je crois... Tu sais très bien qu'elle est partie avec Jean-Pierre. Oui, Maryse me l'a dit au téléphone, il y a trois jours. Mais depuis, c'est... [Lire la suite]
Posté par lakevio à 06:03 - - Commentaires [25] - Permalien [#]
23 octobre 2017

conte du lundi 81

    dictionnaire pianiste hortensia bouée affreux mordant pénible éclairer   Hortensia était pianiste. Un jeune prodige comme il y en a peu. Depuis ses quatre ans, elle sillonnait le monde sur des scènes toutes plus prestigieuses les unes que les autres. Longtemps elle n'avait pas eu conscience que son enfance était bien différente des enfants de son âge. Les gammes et exercices ne lui pesaient pas et c'était même amusant d'aller sous toutes ces lumières, puis de saluer devant le grand trou noir d'où... [Lire la suite]
Posté par lakevio à 06:03 - - Commentaires [34] - Permalien [#]

16 octobre 2017

Conte du lundi 80

    Non mais c'est pas possible ! Je les aurai tous, ces bon sang de feux rouges !... C'est extrêmement rare que ce soit à ce point-là. D'habitude, j'ai le premier mais ensuite tous les verts s'enchaînent. Ce doit être à cause de Philibert, mon voisin qui est parti juste avant moi. Il roulait trop lentement !... C'est quand même étrange ! Un signe ? Peut-être un avertissement... Non mais, t'es sérieuse, ma fille ?... Allons bon, c'est quoi ce bouchon ? ... A l'intersection de la Swann street et de la New Hampshire... [Lire la suite]
Posté par lakevio à 06:06 - - Commentaires [25] - Permalien [#]
09 octobre 2017

Conte du lundi 79

    J'ouvris les yeux sans bouger, savourant la chaleur du lit et le bonheur de ce bras autour de mes épaules... Je souris et me tournai pour le voir... Et là, je découvris que le lit était vide ! Le bras n'était qu'un souvenir de la nuit. J'en fus un peu désappointée ; il n'avait pas voulu assister à mon réveil ! Etait-il déçu ? Etait-il parti ? Allait-il s'enfuir en courant pour ne plus jamais me revoir ?... Qu'est-ce qu'il n'avait pas aimé ? Sûr que je ne suis pas tout à fait canon, pas vraiment une fille de magazine,... [Lire la suite]
Posté par lakevio à 06:09 - - Commentaires [26] - Permalien [#]
Tags :
02 octobre 2017

Conte du lundi 78

    Ça a débuté comme ça. La riche idée de Coralie d'offrir à son oncle pour Noël une figurine d'albâtre !... Et elle avait eu le malheur d'ajouter qu'il lui avait été dificile de choisir car il y en avait toute une collection !... Evidemment, comme oncle Gustave l'avait beaucoup appréciée, on avait, sur le coup, trouvé l'idée excellente. Immédiatement il l'avait installée sur une étagère de sa petite bibliothèque en bois précieux tout en annonçant qu'il faudrait lui trouver une place plus adéquate. En fait, c'est dès... [Lire la suite]
Posté par lakevio à 06:02 - - Commentaires [32] - Permalien [#]
Tags :
25 septembre 2017

Conte du lundi 77

     En cas d'urgence, c'était le raccourci. Ce matin-là, c'était évident. Le bus n'en finissait plus de se traîner parmi les voitures rue de Rivoli. Je suis donc descendue à Palais-Royal et je me suis hâtée vers les Tuileries. Traverser le jardin est toujours un bonheur, sauf sous un soleil écrasant quand on mange la poussière des allées ou par temps de pluie quand la terre colle aux chaussures. Ce matin-là, c'était parfait. L'automne naissant faisait resplendir les grands arbres. La lumière encore pâle de l'heure... [Lire la suite]
Posté par lakevio à 06:05 - - Commentaires [23] - Permalien [#]