07 août 2017

lundi 70

    Edmée était ravie : cette jeune fille lui plaisait beaucoup. Gérald était encore très jeune et comme c'était son dernier, elle ne l'imaginait pas vouloir fonder une famille. D'ailleurs, elle n'avait même pas songé à quelques demoiselles dans ses relations à Philly. Et voici qu'il l'étonnait ! Il avait demandé la permission d'amener quelqu'un pour quelques jours de vacances, une surprise... Une très agréable et charmante surprise. Une jeune française, étudiante à Harvard, la soeur de son ami Bruno, venus dans le cadre... [Lire la suite]
Posté par lakevio à 10:30 - - Commentaires [30] - Permalien [#]

31 juillet 2017

lundi 69

    Frida contemplait le sac dans la vitrine. Elle était extrêmement fière de Jakob qui avait remarquablement réalisé ce chef d'oeuvre. Pour elle. Rien que pour elle. Unique et rouge... Elle ne pouvait détacher son regard de l'étal. Il en avait fallu des heures pour la confection ! Choisir la matière, trouver la couleur exacte... Combien de fois était-elle venue àu magasin pour voir, examiner, prendre les mesures ?... Combien de fois était-elle allée au rayon chaussures, jouant la cliente difficile ou hésitante pour... [Lire la suite]
Posté par lakevio à 06:01 - - Commentaires [25] - Permalien [#]
24 juillet 2017

Lundi 68

  Sa mère lui avait dit de mettre les habits du dimanche et d'attendre bien tranquille au salon... On allait venir la demander ; elle n'aurait qu'à dire oui tout de suite et tout rentrerait dans l'ordre. Philomène ne savait pas bien de quel ordre il s'agissait. Ni qui allait la demander, ni pourquoi. Sauf si... Et Philomène se mit à rêver... Paule, la mère, regardait sa dernière fille derrière la porte vitrée. Elle serrait les poings, partagée entre la pitié et la rage. Il avait fallu qu'elle mette au monde sa huitième fille... [Lire la suite]
Posté par lakevio à 06:04 - - Commentaires [28] - Permalien [#]
17 juillet 2017

Lundi 67

    Tout le monde avait remarqué : Abigail était venue. Elle avait même trouvé un chapeau pour coiffer sa tignasse rousse et semblait s'amuser comme une folle. Tout le monde se souvenait d'Abigail même si personne n'en parlait jamais à voix haute. Les commérages étaient devenus chuchotements puis silence éloquent et enfin on avait presque oublié ce que rappelait son nom. Presque, seulement ! Abigail, vêtue de rose, allait de groupe en groupe et son rire sonnait clair devant l'étonnement au sujet de sa présence. Elle... [Lire la suite]
Posté par lakevio à 06:07 - - Commentaires [26] - Permalien [#]
10 juillet 2017

lundi 66

  Reseda était plus du genre shorts en jeans et baskets que mini-jupe et talons hauts. Reseda n'était pas son nom mais le surnom que lui avait donné son père depuis toujours car elle adorait porter du rouge. Cela n'était pas logique et elle avait été déçue de découvrir un jour que le réséda n'était pas du tout de cette couleur, mais son père  ne connaissait rien à la botanique et pour lui, ça sonnait "rouge"... Enfin, Réséda, c'était mieux que Géranium ! Et elle aimait fort peu son vrai prénom hérité de sa grand-mère... [Lire la suite]
Posté par lakevio à 06:01 - - Commentaires [26] - Permalien [#]
03 juillet 2017

Lundi 65

    Bruno remontait le train. Il l'avait attrapé in extremis comme toujours. Il avait couru et sauté à la porte du dernier wagon qui s'ébranlait lentement. Il avait secoué sa crinière couleur de geai et avait attendu de reprendre haleine avant de pousser la porte des toilettes afin d'avoir une image sereine et assuré de lui-même. Il regarda longuement sa belle gueule d'ange, remis son col en place et lissa son pantalon. Il n'avait pas de bagages. Il partait à l'aventure, peut-être en vacances. Pour cela, il lui fallait... [Lire la suite]
Posté par lakevio à 06:03 - - Commentaires [27] - Permalien [#]

26 juin 2017

Lundi 64

    Parfois un tableau vous renvoie à l'impression ou plutôt la certitude du déjà vu. Oui, j'ai connu ce petit banc de pierre. Il est toujours là, sous la petite fenêtre, à côté de la porte, dans le domaine de mon enfance. La porte beige n'a pas de marche et reste partiquement ouverte à longueur d'année. Enfin, en ce temps-là où les quelques rares voleurs ne dérobaient qu'une poignée de cerises, un peu de lilas ou un ou deux raisins dépassant de la treille !... Ce petit banc est d'origine. Grand-père a dû l'installer... [Lire la suite]
Posté par lakevio à 06:02 - - Commentaires [27] - Permalien [#]
19 juin 2017

Lundi 63

    Vittorio Ercoleo Antonetti est né le 18 février 1911 à Catane (Sicile), de Anna Caterina Morellini et de Giuseppe Michelangelo Antonetti. Sixième enfant de la famille et seul garçon, il était fort attendu. Tout avait bien commencé pour lui. Né à l'aube après quelques heures seulement de souffrance pour sa mère, il fut porté triomphalement par son père jusqu'à l'église où il fut promptement trempé dans les fonds baptismaux par Dom Domenico. A six mois ses soeurs le promenaient partout. Lorna, la dernière, qui avait... [Lire la suite]
Posté par lakevio à 06:09 - - Commentaires [31] - Permalien [#]
12 juin 2017

Lundi 62

    Lilette avait pris sa décision rapidement. La demoiselle de l'agence venait de partir ; elle était venue dire que les Tempête avaient signé. Drôle de nom que ces gens ! Mais Lilette n'avait que faire d'eux. Savoir d'où ils venaient, combien ils étaient et pourquoi ils avaient choisi sa demeure, tout cela lui était bien égal. La maison était vendue ; c'est ce qu'elle voulait. Elle n'aurait jamais cru que la chose se ferait si vite mais comme disait Caroline, la demoiselle de l'agence, la demeure avait du potentiel...... [Lire la suite]
Posté par lakevio à 06:02 - - Commentaires [22] - Permalien [#]
05 juin 2017

Lundi 61

    Les trajets en métro sont propices à tous les fantasmes. C'est ce que pensait Fabien en dévisageant ceux qui l'entouraient. Il inventait souvent des vies à ces compagnons d'infortune, serrés dans le métro bondé des heures de pointe. Pas moyen de lire. A peine pouvait-il se tenir à une barre coincé entre un sac d'écolier et un dos courbé. Trois stations épouvantables. C'était court mais horrible lorsqu'il fallait subir pressions et/ou odeurs. A Bastille, tout changeait. La plupart des passagers descendaient et avant... [Lire la suite]
Posté par lakevio à 06:05 - - Commentaires [27] - Permalien [#]