11 février 2019

Conte du lundi 139

    Les dix à caser :   Tardivement  Symphonie Eclat Bordure Ergot Influence Grenat Correct Fracasser  Parloir   Un peu tardivement, je réalisais que j'avais fait une erreur. J'avais tant aimé ce meuble qui trônait au parloir du pensionnat Sainte Marguerite où j'avais été institutrice pendant vingt ans. A lui seul il donnait de l'éclat à la pièce un peu froide et austère. Je préférais  recevoir les parents dans la véranda somptueusement décorée de plantes qui s'y plaisaient bien.... [Lire la suite]
Posté par lakevio à 05:01 - - Commentaires [19] - Permalien [#]

04 février 2019

Conte du lundi 138

  Bien chère cousine, Vos yeux sont un lac clair un jour de printemps. Votre teint si pâle est comparable à un tableau de Gainsborrow ; c'est ce qui m'est venu à l'esprit lorsque je vous ai vue dans votre robe bleue... Votre bouche vermeille aux lèvres tremblantes m'émeut lorsque vous lisez à voix haute au salon. Et j'aime lorsque vous agrippez mon bras pour la promenade. Ne vous effarrouchez pas, cousine, mais je crois que je suis terriblement amoureux. J'aime votre grâce encore enfantine et vos conversations à bâtons... [Lire la suite]
Posté par lakevio à 06:04 - - Commentaires [28] - Permalien [#]
28 janvier 2019

Conte du lundi 137

    Fait d'hiver Le corps sans vie d'une jeune fille a été retrouvé par un passant, hier matin, rue des Nantis. Conduite immédiarement à l'Hospice, il a été impossible de la réanimer. Il s'agirait de Miss Sigall qui nous a tant régalés cet été par ses ritournelles. Accompagnée de sa mandoline, elle charmait par sa voix claire et faisait danser les jouvanceaux sur les places du village. Une enquête a été ouverte. On interroge actuellement Madame Lafourmy, première adjointe du Maire Jupiter Lepaon, responsable de la... [Lire la suite]
Posté par lakevio à 06:08 - - Commentaires [25] - Permalien [#]
21 janvier 2019

Conte du lundi 136

    Sur le coup de seize heures, j'ai décidé de sortir. Je n'en pouvais plus d'ennui à l'agence de Voyages. Après m'être appliquée à dessiner - reproduire, fort mal, des affiches m'invitant aux Seychelles, à Rome ou Madrid, je somnolais les yeux sur la pendule dans la chaleur du radiateur que j'avais tiré vers moi. A part le patron qui passe le matin, je ne vois quasiment personne à cette époque de l'année. Qui va venir, juste après les fêtes, quand le porte-monnaie est vide et le compte en banque pas mieux ?... Ceux qui... [Lire la suite]
Posté par lakevio à 06:01 - - Commentaires [32] - Permalien [#]
14 janvier 2019

Conte du lundi 135

    Ce départ m'a épuisée. J'essaie de me convaincre qu'il n'y avait pas d'autres solutions mais, je ne peux m'empêcher d'avoir des regrets... Quitter notre bel appartement pour ce deux pièces... Léa me dit qu'il faut positiver, trouver tous les avantages. Quand même, on ne balaie pas quarante-six ans d'une vie comme ça ! J'ai envie de pleurer dans cet appartement vide mais je ne le ferai pas. C'est certainement dur pour eux aussi et ils attendent à ce que je tienne le coup ! Léa est partie chercher des cafés et... [Lire la suite]
Posté par lakevio à 06:04 - - Commentaires [29] - Permalien [#]
17 décembre 2018

Conte du lundi 134

    Sissi en avait plus qu'assez des réunions de famille. Il n'y avait pas de Noël qui tienne ! Ce n'était plus supportable ce rassemblement de gens qui n'avaient rien à faire ensemble même s'ils partageaient le même sang. C'était toujours pareil. Après les embrassades et accolades, depuis le grand-père squelettique et vacillant jusqu'au dernier-né bavant et puant en passant par l'oncle aux mains baladeuses, la cousine dépressive, le beau-frère gonflé à la bière, la tante alcoolique, etc... Après l'apéritif, plus rien,... [Lire la suite]
Posté par lakevio à 06:07 - - Commentaires [29] - Permalien [#]

10 décembre 2018

Conte du lundi 133

     Je ne demandais qu'à m'évader de cette fureur et de ce bruit. Je voulais voir autre chose que cette marée humaine dans les rues... Non, que je ne compatisse mais j'ai toujours eu horreur de la foule et des cris. Alors, oui, j'avais envie d'espace et de silence... Guillaume était d'accord pour partir ; il n'avait qu'une peur, c'est que sa voiture flambe dans notre quartier. Quel idiot ! Notre coin est si tranquille... Et puis, prendre la bagnole, c'était vraiment, mais vraiment très bête, avec tous les barrages... [Lire la suite]
Posté par lakevio à 06:01 - - Commentaires [29] - Permalien [#]
03 décembre 2018

Conte du lundi 132

  i - Dorothée, veux-tu ôter cette moue de ta face ? Tu as eu la chance d'être élue pour saluer notre généreuse Comtesse Poupesco lors de sa venue annuelle à l'école. Tu feras la révérence et donneras la fleur blanche qu'elle attend. Tu ne peux pas porter de robe blanche parce que c'est sa couleur préférée et qu'elle veut être sans égale. Tu comprends ? D'autre part, aucune de tes camarades ne sera en blanc. Toutes, vous avez la tenue de classe offerte avec tant d'amour par notre mécène. Je te donne un court moment pour te... [Lire la suite]
Posté par lakevio à 06:03 - - Commentaires [38] - Permalien [#]
26 novembre 2018

Conte du lundi 131

    Bon, j'entends plus rien. J'espère qu'ils ne vont pas recommencer ! Sont durs à cuire ces zèbres ! Moi qui voulais avoir ma soirée tranquille, c'est raté. C'est toujours comme ça. Mais ceux-là, ils sont particulièrement coriaces. Deux affreux gamins qui ont réponse à tout. Si c'était mes frères, je leur en collerai bien une à chacun pour qu'ils aillent pleurer dans leur lit et s'endormir au milieu des larmes. Rien à faire. J'aime pas les gosses. Enfin, ceux-là. C'est pas les miens. Moi, je crois que j'en aurai... [Lire la suite]
Posté par lakevio à 06:06 - - Commentaires [20] - Permalien [#]
19 novembre 2018

Conte du lundi 130

      Voici l'heure où commence l'histoire de Germaine Malorthy, du bourg de Terninques, en Artois. Histoire tragique, comme vous le savez, intense et brève... Germaine Malorthy n'avait jamais fait parler d'elle. C'était une jeune fille gentille, assez jolie, qui avait grandi tranquillement à Terninques. La dernière d'une fratrie de treize enfants. Bien sûr, ils n'étaient pas bien riches, les Malorthy. Ils trimaient dur dans leur ferme, par goût et pas nécessité, ce qui ne les empêchait pas de garder un oeil sur... [Lire la suite]
Posté par lakevio à 06:09 - - Commentaires [32] - Permalien [#]