Marcos-Beccari-Quarta-feira

Les dix à caser :

cheval

cinglant

stigmate

outrage

porcelet

caravane

pouf

parfum

digérer

limitrophe

 

Lou était loin d'être à cheval sur les principes, toujours prête à l'originalité et les surprises, mais là, elle ne décolérait pas. Benoît n'était qu'une sombre brute dégoûtante ! Il y avait des limites, quand même ! Elle garderait longtemps les stigmates du cinglant outrage que ce mufle avait causé. Il avait osé ! Il savait pourtant que c'était son domaine secret, là où elle se ressourçait, dans le silence et la paix. Elle avait besoin de cela après les heures difficiles qu'elle vivait chaque semaine au journal...  Rien que de penser à ce que cette ordure avait fait, elle en était révulsée. Non, elle ne pourrait jamais le digérer ! Et il avait ri l'andouille ! Satisfait de ce qu'il appelait sa blague... Tu parles d'une blague !... Et il en rajoutait : "Hume ce parfum ! Hume ce parfum !" alors qu'elle contemplait le saccage de sa caravane, la "Margotte" de son enfance... Elle ne pourrait jamais y retourner. 

Elle voulait un endroit à elle. Quelle sotte d'avoir accepté de placer la vieille caravane dans le champ limitrophe de leur propriété ! C'était encore trop près. A fuir, ce type ! Non mais, quelle idée ! Quelle idée ! Sa "Margotte", souillée à jamais... Non, elle ne lui pardonnerait jamais. Elle n'aurait pas dû accepter de revenir à la propriété. Elle n'aurait même pas dû accepter le pouf qu'il était venu déposer sur le balcon. Il était vraiment trop con ! Elle était humiliée. Elle s'était découverte, s'était confiée. Il n'avait pas compris sa réaction au désastre. Pour qui la prenait-il ?...

Mais, quelle crédibilité, au journal, s'il le racontait ?... Il n'oserait pas. Il l'avait invitée. Il lui avait même dit qu'elle pourrait rester toujours ici, qu'elle avait sa chambre dans la grande maison, qu'elle pouvait y venir quand elle désirait. Il allait lui donner les clés... Qu'est-ce qu'il voulait dire, au juste ?...

- Lou, viens déguster l'objet du délit. Nous avons fait rôtir le porcelet.

Lou en resta suffoquée.

 

© Lakévio