aquarelle trevor waugh

 

 

 - Vous savez, mes belles, profitons de l'été qui vient. Nous ne savons pas à quelle sauce nous serons mangées Noël revenu...

 - Toujours pessimiste, ma pauvre Jemina ! Quand bien même nous aurions une funeste destinée, à quoi bon nous en inquiéter à l'avance ! Profitons des jours heureux, libres, blanches et dodues, belles à croquer pour qui saura le mériter.

 - Belles à croquer ! Non mais tu t'entends, Daisy ? Ce n'est pas parce que tu as un prince charmant prêt à caresser tes jolies plumes qu'il faut croire que nous sommes pareilles !

 - Voyons, Blanche ! Il t'arrive bien aussi de rêver, toi qui t'imagines princesse !

 - Un jour...

 - Quoi, un jour, Blanche ? De la basse-cour à la cour ?... Tu me fais rire !

 - Tu es méchante, Jemina. Pourtant on ne voit plus que cela, des histoires de contes de fées dans tous les royaumes ! Ne t'en fais pas, Blanche Canette, un jour, ton prince viendra à toi aussi.

 - Merci, Daisy. Dame Canétang, vous rêvez aussi. Je vous ai surprise à vous dandiner devant le grand miroir relégué à la grange. A quoi pensiez-vous donc ?

 - Ne vous moquez pas, mes amies. Curieuse je le suis et j'aime suivre l'actualité. Il m'arrive de retirer des ordures un ou deux journaux à sensation. Dans le dernier, j'y ai vu tout un groupe de volailles grimper à la queue leu leu les marches rouges d'un haut lieu de festivité. Je ne sais pas si elles étaient habillées ou déshabillées mais c'était quelque chose ! Alors, j'essayais de prendre la pose et je m'imaginais sous les projecteurs dans le feu de la mitraille des photographes...

 - La mitraille ! Mais vous êtes folles, mes chéries !

 - Pourquoi, tu préfères pan sur le bec ?

 - Ou pire, pan sur le cou ! Ah, ah, ah !

 - Il faut bien rire un peu pour ne pas pleurer... Avez-vous écouté la propagande de nos leaders de poulailler ? Notre sort dépendra du plus fort.

 - Stop Daisy ! Pas de politique ici.

 - Mais quand même, je ne souhaite ni être déplumée, ni être engraissée pour être mangée ! Pas vous ?

 - M'est avis que nous n'avons pas beaucoup de marge de manoeuvre.

 - Ni beaucoup voix au chapitre ! Le résultat risque fort d'être le même pour nous. Allons donc voir ce que nous ferons loin de la basse-cour en effervescence...

 - Pourquoi ne pas aller à la pêche au fil de l'eau avec nos petiots ? Ils nous fêteront certainement avec bouquets et rubans ?... 

 - Bonne idée. Venez, les enfants !

 

 

 

 © Lakévio