J'ai connu le temps des ouvreuses de cinéma. Celles qui déchiraient le billet à l'entrée, parfois même vous plaçait comme au théâtre si vous arriviez en retard à l'aide de leur petite lampe de poche. En ce temps-là, il y avait une première partie avec un court-métrage, puis les "actualités". Ensuite, l'entracte  pendant lequel on visionnait des publicités. Certaines vous incitaient à aller vivement auprès d'une ouvreuse ou à l'intepeller pour qu'elle vienne près de votre place. Munie d'une corbeille rectangulaire en osier suspendue à son cou, elle vendait les fameux bonbons Krem*, les caramels Dupont d'Isign*, les esquimaux Gerva**, etc... Enfin venait le film. L'obscurité se rétablissait et l'ouvreuse disparaissait...

 

Edward Hopper - New York Movie

Edward Hopper - New York Movie - 1939

  

Celle de Hopper, dans sa tenue bleue électrique, semble attendre le client - rare - qui va descendre dans la salle obscure. La première partie est déjà commencée...

La caméra s'approche : Gros plan sur l'ouvreuse !

 

Prochaine séance, lundi !