Igor Levashov

 

Je me suis mariée en rose blanche.

Il n'y a pas de faute de frappe ! Ma robe était "crème rosée" et courte, mes chaussures beiges. Je portais le sautoir de ma mère aux perles de couleur ivoire. Ni gants, ni chapeau, ni voile mais je tenais un magnifique bouquet de roses blanches, le choix de mon jeune barbu d'époux. C'était un jour d'octobre, il y a... longtemps ! Sans le savoir, il suivait une tradition : ma mère, ma belle-soeur et Fine, ma soeur, avaient eu aussi des roses blanches au matin de leur mariage... 

Dans le jardin de Grand-Père aux quatre-vingt-quatre rosiers, il n'y en avait que très peu de couleur blanche, buissonnets aux dures épines et solides petites roses inodores. Lui, préférait les buissons montants aux roses larges et aux effluves enivrantes. C'était un délice que de monter l'escalier du perron en pleine saison estivale, escortés des fleurs de velours aux larges et lourds pétales odorants. Grand-père les préférait d'un rouge sombre mais il aimait aussi la variété et la couleur, donc nous avions tout, de la douce mauve jusqu'à la jaune panachée d'orange en passant par toutes les nuances de rose, rouge, garance, carmin, corail, saumon et jaune d'or ou jaune pâle. Amoureux de ses roses, il ne supportait pas qu'on les coupe. Ma grand-mère ne s'y risquait pas mais ma mère, en cachette, se le permettait parfois avec une sueur froide si elle sentait les yeux de son père dans son dos alors qu'elle avait le sécateur en main... En fait, je suis un peu comme lui, je n'aime pas qu'on coupe les fleurs sauf les fleurs sauvages des prés ! Un buisson éclatant est plus beau et plus gai qu'un savant bouquet dont on sait que les fleurs auront une fin prématurée...

Il y a longtemps que je ne suis pas allée à Bagatelle à la saison des roses. Un peu fâchée par le mauvais tour que le restaurant du parc nous avait joué : une annulation à quatre mois du mariage de Brunette nous laissant le soin de trouver un autre lieu quand on sait qu'il faut s'y prendre plus d'un an à l'avance... Une mariée de septembre qui avait un bien joli bouquet de ... callas blancs !

Mes roses préférées ne sont pas blanches mais roses. Un rose pâle très doux. J'aime les plissées, les chiffonnées ainsi que les classiques à la perfection absolue : fleurs larges et charnues, aux pétales épais. Mais en fait, comme Grand-Père, j'aime aussi toutes les autres. Un jardin fleuri, c'est comme un paradis ! 

 

© Lakévio