mes billets programmés, 

mais sachez que je m'absente jusqu'à vendredi prochain.

Après le bonheur, survient la tristesse et le deuil. Je devais partir en vacances dans mon Sud ce jour mais je prends une autre direction... Je vais, plus vite que je ne le souhaitais, en Auvergne. Figurez-vous que ma Fine, ma tendre Fine, ma grande soeur préférée, est veuve depuis mercredi ! Mon cher beau-frère s'en est finalement allé dans l'autre monde doucement, sans souffrance, entouré de son épouse et de son fils aîné. La fin va toujours trop vite. La mort vous laisse désemparé même si elle est attendue et parfois espérée par le malade. 

Ils avaient fêté leurs Noces d'Or en juillet dernier.

On tourne les pages du livre : le courageux lieutenant, rentré d'Algérie avec un éclat de bombe près du coeur suite à un attentat, le fringant capitaine au bras de la belle mariée, les enfants qui arrivent, le père attentif, les résidences successives, Abbeville, Le Plesssis-Robinson, Rosny-sous-Bois, Issy-les-Moulineaux, Montigny..., une seconde carrière après la première, les garçons quittent la maison, enfin la vraie retraite, cher Colonel... Les petits-enfants qui tardent mais un beau bouquet final avec Maureen, Garett et Quincey. La maladie de Parkinson...

Un taiseux, un grand lecteur, un fidèle en amitié, passant pour austère mais pince-sans-rire et toujours, toujours, privilégiant sa famille, sa raison d'être.

 

Jean, A Dieu !

1932 - 2018

 

A Dieu

 

 

Je me dois d'être auprès de ma grande soeur.

L'après sera difficile. Elle est très fatiguée de la longue veille ; elle ne croyait pas qu'elle se terminerait...

 

A bientôt.