Canalblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Publicité
En bateau, Lakevio !
Derniers commentaires
Archives
27 novembre 2017

Conte du Lundi 86

 

catherine rey aquarelles les grandes dames

Catherine Rey

 

Jeu des Papous N°2 - Dix mots à caser.

soierie

excellent

éliminer

explication

tranchant

éclaireur

douceâtre

dominer

effet

hostile

 

Taratata! C'est excellent, les carottes, reprit d'un ton tranchant Cousine Nicole. Si tu veux une explication à mon tour de taille, le voilà ! C'est l'effet minceur de mon régime végétalien.

Merlotte, ainsi nommée parce qu'elle aimait à siffler, rentra un peu plus son cou dans ses épaules. Cousine Nicole avait l'art d'étoffer vos mignonnets bourrelets rien qu'en vous regardant. Alors, quand elle commençait à parler régime !... Merlotte avait treize ans et se savait un peu... mais juste un peu... enrobée. Elle n'était pas hostile à l'idée d'éliminer deux ou trois kilos mais ce n'était pas en lui proposant des menus insipides que Cousine Nicole y parviendrait ! Sa mère s'y serait sûrement pris autrement... 

La jeune fille sentit les larmes lui monter aux yeux. Elle baissa la tête sur son ouvrage, le temps de se dominer et reprit courageusement le brossage des légumes. Cousine Nicole s'était installée à la maison à la mort de maman ; c'était gentil à elle. Il fallait bien quelqu'un pour aider papa à élever les petits frères qui n'avaient que cinq ans. Maman aimait beaucoup sa cousine et Merlotte était suffisamment grande pour se rappeler les nombreuses histoires qu'elle racontait sur l'intrépide qui avait parcouru le monde comme journaliste, bien souvent dans des contrées quasi inconnues, en éclaireur, avant de faire venir les professionnels du reportage, ethnologues, anthropologues, linguistes... Maman devait sans doute l'envier un peu, elle qui avait choisi mariage et famille.

Merlotte se retourna soudain pour regarder Nicole, réalisant quel immense sacrifice avait dû faire la cousine pour changer radicalement de vie et s'occuper de trois marmots au lieu de filmer des peuplades indigènes... La jeune femme lui adressa un sourire. Merlotte déposa la bassine avec les carottes étincelantes sur la table. Nicole en choisit trois qu'elle mit de côté. Celles-ci seront pour le potage. Tu veux bien me sortir le faitout ?

Comment pouvait-elle s'occuper à des tâches si banales et même, semblait-il, y prendre du plaisir après avoir exercé un métier incroyable ? Tout en raclant la botte de légumes tandis que Nicole tranchait céleri et pommes de terre, Merlotte se força à se remémorer l'arrivée de Nicole. C'était un moment effroyable. Maman s'était tuée dans un accident de voiture, papa était noyé dans son terrible chagrin. La maison était pleine de monde. Grand-Mère Louis recevait la famille et les visiteurs avec force liqueurs et gâteaux secs, ; Papy André et Mamireille étaient bien trop anéantis. On parlait à voix basse, on s'étreignait au sortir de la chambre où on avait déposé maman. Merlotte n'aimait pas, n'aimerait plus jamais cette pièce où régnait alors un parfum douceâtre de larmes et de bougies. Et puis, Cousine Nicole avait fait son entrée. Elle se rappelait bien, Merlotte, comme l'ambiance avait changé. Elle apportait de l'énergie, du courage, de l'efficacité. Elle était accompagnée de sa mère, qu'on appelait Tante Liesse, qui était la soeur de Mamireille. Il y eut de longs conciliabules avec les vieilles personnes, puis les mêmes avec papa... C'est à ce moment-là sûrement que ça s'est décidé, quand elle a répété : Sois en sûr, Hervé, c'est ce que Stella aurait voulu...

Sa douce maman au nom d'étoile... 

Merlotte posa son couteau, jeta un oeil à Nicole affairée, puis regarda les carottes honnies. Très doucement, s'efforçant de maîtriser sentiment et souvenir, elle dit : Quand maman est partie... elle allait à un concert ... Elle avait une robe orange magnifique. Nous avions choisi la soierie ensemble. Elle avait de jolis reflets, comme les carottes lavées tout à l'heure... Nicole aussi posa son couteau et leurs yeux se rencontrèrent. Y puisant du courage et s'efforçant d'être positive, Merlotte poursuivit : Je crois que le tissu venait de l'Inde. Es-tu déjà allée dans ce pays ?...

 

© Lakévio

 

Publicité
Commentaires
F
la carotte te réussit ! tu es déchainée , débordante d'imagination !
Répondre
V
Un sacrifice pour la bonne cause... Peut-être repartira t'elle sur les chemins de la découverte quand les enfants auront grandi... Mais quelle abnégation, tout de même ; le sens du devoir est parfois cruel. Les enfants seront heureux et c'est le principal... (une veuve élève ses enfants, seule. Un homme ne peut-il donc pas le faire également ?)
Répondre
J
Vu comment ton texte démarrait j'ai cru que les couteaux allaient servir à autre chose !<br /> <br /> <br /> <br /> Un texte plein de questions : Comment la cousine régente-t-elle le père ? Qui va craquer le premier ou la première ? ;-)
Répondre
J
Partant-e-s pour une causerie légumière ?<br /> <br /> C'est ici : http://krapoveries.canalblog.com/archives/2017/11/29/35911433.html
Répondre
V
ah! le orange! pour moi, la couleur la plus réconfortante et gaie de la palette, ce qui ne sera malheureusement peut-être jamais le cas pour cette pauvre Merlotte.....Merlotte qui rime pourtant avec carotte!!
Répondre
En bateau, Lakevio !
Publicité
En bateau, Lakevio !
Newsletter
Visiteurs
Depuis la création 1 368 823
Publicité