Darren Thompson

 

 Je n'ai pas vu Paul, dit Sabine. Oui, mais il y avait Etienne..., répondit Natacha. Elles se hâtaient, en silence à présent, pour rejoindre leur lieu de travail. L'ondée était arrivée juste à point pour les libérer du poids de la cérémonie. Comme Natacha avait un parapluie, cela leur avait permis de s'éclipser rapidement. alors que les autres s'abritaient encore quelques instants sous les colonnades. 

C'était étrange, quand même de revoir Etienne... Il est sans doute venu parce que Paul ne venait pas...

Vous saviez que Paul ne viendrait pas ? s'étonna Sabine. Je croyais... Enfin, j'ai entendu dire... Au bureau, les bruits courent... s'excusa-t'elle.

Natacha n'avait pas envie de parler de Rachel. Sabine n'était qu'une collègue, pas une intime et puis, ce qu'elle venait d'apprendre. à propos de Sabine... Elle ne répondit pas et resta un long moment silencieuse, à se rappeler les heureux et moins heureux moments vécus avec Rachel... Celle-ci avait eu une longue histoire avec Etienne et tout le monde s'attendait à ce qu'ils annoncent leurs fiançailles. Au lieu de cela, le bureau du jeune homme, un matin resta vide, et Rachel elle-même ne parut que le surlendemain, le nez dans un mouchoir, disant qu'elle avait pris froid. Mais elle était un peu trop poudrée et maquillée et il n'y avait pas que son nez qui était rouge... A ce moment-là Natacha n'était pas du cercle pour connaître le vécu passionnel de Rachel mais suffisamment pour comprendre que les absences simultanées avaient un lien. Devant son air accablé, elle lui offrit un café et attendit de voir si la jeune femme voulait bien se confier. Et le trop plein finit par déborder. Rachel s'en voulait terriblement. Très amoureuse d'Etienne et en attente d'un futur partagé, elle l'avait pressé de s'engager. Après trois ans, quand même ! avait-elle ajouté. Ce fut pourtant le moment où il lui annonça qu'il avait accepté un poste en Uruguay ! Bien que ce fut une surprise totale car il n'avait jamais parlé de tels projets, il avait cependant proposé de l'emmener. Savait-il qu'elle avait mille raisons de refuser : ses parents, très âgés, sa soeur malade, et surtout, surtout, sa promotion récente et sa possibilité de carrière rapide ce dont elle avait toujours rêvé... Mais ce départ - Natacha savait que le mot signifiait "abandon" mais elle ne l'aurait jamais révélé à Rachel la carriériste - et ces changements dans ses propres plans, l'avait sérieusement bousculée. Elle la comprenait. Vraiment ? Pas tout à fait, parce qu'Etienne... si elle avait été à sa place, elle l'aurait peut-être suivi ; c'était quelqu'un de bien. La preuve, il était là ce matin...

Pensez-vous que Paul sera au bureau ?

La voix de Sabine la sortit un instant de ses pensées. C'est sûr, il y aurait fête à l'agence. Il faudrait malgré tout célébrer les promotions de l'année ! Natacha regarda Sabine et regretta sa bouffée d'amertume. Elle avait l'air si "innocente", l'air de ne vraiment rien savoir, à peine quelques ragots inconséquents dont elle se souciait peu.

Donc, elle ne savait pas que Paul ne serait pas là parce qu'il était parti se noyer dans le whisky d'Irlande. Paul, le cher Paul, Paul chéri, celui qui avait pris le bureau et la suite d'Etienne dans le coeur de Rachel. Ce que celle-ci affirmait en riant trop fort, suspendue au bras d'un Paul qui avait le parfait profil pour se faire manipuler. Qui aurait pu résister à la sublime Rachel qui ne supportait pas de ne pas avoir eu le courage de partir en Amérique du Sud ?... Natacha avait compris très vite à la crispation des lèvres qui se voulait pourtant légère, aux mains aux jointures blanchies sur les accoudoirs du fauteuil , aux bras qui ne s'ouvraient pas assez vite lorsque Paul venait surprendre Rachel. Elle se laissait aimer, elle avait besoin de lui. Elle l'avait même avoué à Natacha.

Elle ne savait pas que Rachel avait rompu brusquement la semaine dernière juste après que Paul l'ait demandée en mariage, elle l'avait aussi raconté à Natacha, en passe de devenir une amie proche grâce à sa disponibilité au bureau et son oreille attentive. Elle l'avait dit en riant à grand éclat et Natacha savait que c'était pour ne pas fondre en larmes. Sabine n'avait pas entendu ce qu'avait dit Rachel ce soir-là avant de rejoindre sa voiture : de toutes façons, je gâche tout, ma vie est foutue !...

Non, elle ne savait vraiment rien, Sabine, elle qui allait, à son tour, prendre le bureau et la place de Rachel car c'était elle, la "promue" du jour. Si elle l'avait su, elle n'aurait pas posé toutes ces questions et n'aurait pas été aussi tranquille, ... autant sincèrement affligée, pas dans notre milieu où l'on marche si facilement sur des cadavres se disait Natacha avant de regretter cette dure pensée.

Il ne fallait pas oublier que c'est de l'enterrement de Rachel qu'elles revenaient...

 

© Lakévio