Le Paradis.

albert marquet 1943 le grand olivier

 

Il est une maison, nichée dans la verdure, que ses propriétaires ont appelé Le Paradis.

N'est-ce pas un peu prétentieux ? Pas de drames, pas de larmes chez ces gens-là ? Et bien si, ils ont leur lot, comme tout un chacun, mais ils font face. Et pour les aider, ils ont leur jardin. Trente ans que Monsieur bine, retourne, transplante, ratisse. Il a aussi en charge les allées. Madame, elle, bouture, sème, rempote. Durant l'année, ils accueillent volontiers le visiteur charmé par l'abondance de végétation et celui-ci ne repart pas sans quelques fleurs ou pousses délicates. Ce jardin est un bonheur, une raison de vivre. Mais la maison est un lieu d'amour. Ces gens-là cultivent aussi le grand art de la joie quoiqu'il arrive. Spacieuse et quiète, blanche à l'intérieur comme à l'extérieur. Chaque bibelot a sa place, délicat, choisi et mis en valeur. Peu de choses, peu de meubles, de petites touches simples, un sofa, un coussin, un panier, un bouquet vous font apprécier l'endroit qui vous accueille. 

Annette adore sa maison et son jardin. Elle y vit toute l'année.

Toute l'année ? Presque. Presque seulement. Pas l'été.

L'été, dans ce pays-là, n'est d'ailleurs pas la meilleure saison pour le jardin. Il a trop soif ; il consomme trop ! Le soleil brûle, assèche et décolore. Les fleurs boudent et les tiges rétrécissent. Pourtant Annette et Georges auraient aimé rester et y accueillir leurs enfants et petits-enfants en vacances, ce qu'ils faisaient encore il y a dix ans. Mais à présent, la maison est trop loin de la plage, elle n'a pas de piscine et de toutes façons, les enfants sont loin... Pour certains mêmes, la plage est quasi leur lieu de vie puisqu'ils vivent à Bali. Les seconds sont à Montréal. Ils pourraient venir se réchauffer au Sud français mais c'est aux Etats-Unis ou à Hawaï qu'ils passent leur été ; un voyage dans l'année en France est déjà important pour leur bourse. Les troisièmes vivent au Chili. La réunion annuelle des cheveux blonds, bruns, gris se fait à Noël. C'est ainsi. C'est déjà beaucoup.

Aussi, depuis quelques années, Annette et Georges préparent leur maison et leur jardin pour l'été et pour les autres. Ils nettoient, rangent et ferment les volets. Ils sortent leurs valises et vont porter les clés à l'agence. Puis ils filent à Nice prendre l'avion pour Montréal où ils vont garder la maison de leur fille aînée et entretenir le jardin, évidemment ! Si Annette a le coeur serré de laisser une maison vide pour retrouver une autre maison vide ; elle ne le dit pas. Après tout, ce sont des vacances ! Et elle songe à ce qu'elle a laissé pour le plaisir de ses hôtes saisonniers.

Au fait, quel jour vous arrivez ?...

 

© Lakévio