The Irritating Gentleman, Berthold Woltze

Berthold Woltze - The irritating gentleman

 

 

Seule au monde !

Je ne dois pas y penser...  Et je suis sûre que c'est un bon choix même si j'aurais préféré rester dans ma petite ville et surtout dans mon cher pays. 

Qu'y faire, d'ailleurs, dans ma province ? Tout le monde me connaît et Tante Ursule m'a - m'avait, hélas !, paix à son âme - bien expliqué que je ne pouvais déchoir en me plaçant comme demoiselle de magasin ou gouvernante d'enfants de bourgeois ! Moi, ça m'aurait bien été égal !...

Mais je ne dois pas y penser. La chose est faite. D'ailleurs le train s'ébranle et finalement c'est assez excitant de voyager dans cette grande et grosse machine râlant et soufflant et qui m'a écorché les oreilles avec son sifflet !

Voilà, c'en est fait de ma destinée. Je pars. J'ai toute ma vie devant moi et ma vie avec moi, dans ces deux caisses que le porteur a bien voulu monter pour moi dans le wagon. Dans mon sac l'adresse de ma vie future... Mon Dieu, quel voyage ! C'est si loin, la Russie...  Je vais quand même être gouvernante, mais de précieux petits princes !... Avais-je le choix ?... C'est dur, mon Dieu !...

Ah, mes chères forêts !... Il paraît qu'il y en a de belles là-bas aussi. Mais c'est si loin !... Il ne faut pas que je pleure. Je l'ai promis à Tante Ursule mais je vais ouvrir un instant mon livre de prières pour me donner du courage...

- C'est bien ce que j'avais remarqué : il y a un joil petit cafard noir dans la compagnie... Hé, Mamzelle !

- Pssstt ! Mamzelle ! Quand on est blonde comme vous, on ne s'abîme pas en prières !

 

C'est à moi que parle ce grossier personnage ?... Moi qui ai besoin de tout mon courage et surtout de tranquillité ...

- Vous voulez pas me faire la conversation ? On a le temps jusqu'à Paris ! Vous allez vous ennuyer toute seule avec votre livre ...

Oh, Seigneur ! Jusqu'à Paris ? Je vais supporter cet importun jusqu'à Paris ? Et je suis bloquée là avec toutes mes affaires de voyage... D'ailleurs, je n'aurais que mon sac je n'oserais jmais traverser ce wagon et passer devant ces gens... Mais j'aurais préféré être assise à côté de cette dame et ses deux enfants ou près de cette vieille demoiselle qui somnole déjà !

- Si vous préférez, j'ai un jeu de cartes. je peux vous montrer des tours amusants...

Je voudrais surtout qu'il se taise et me laisse à mes pensées. Même si ce sont de tristes pensées... Pauvre Tante Ursule. Elle souffrait tant et pourtant a pris du temps à me trouver un avenir ! Si loin, cet avenir... Non, non, je ne dois pas pleurer, surtout avec ce grotesque personnage. Bien que dans mon dos, je suis sûre qu'il le saurait !

- Qu'allez-vous donc faire à Paris ? Voyons, voyons, mais bien sûr, vous avez trouvé une place ! On pourrait se revoir, alors !

Je me demande s'il y a beaucoup de messieurs de ce genre dans le monde ? C'est insupportable ! Je voudrais bien un petit miracle, qu'il disparaisse par la fenêtre par exemple ! Oh, que vais-je penser là ?!!! Si Tante Ursule était là... Voyons, Hermance, tu déraisonnes, pense plutôt : "Qu'aurait fait Tante Ursule ?", c'est déjà plus réaliste ! je crois qu'elle aurait cherché meilleure compagnie ! Elle aurait choisi sa place dans le wagon ! Mais c'est trop tard.

- Me permettriez-vous de m'asseoir à vos côtés ? ce serait plus facile pour causer.

Certes non ! Comme il est grossier ! Que vais-je faire ? Si la dame ou la demoiselle pouvaient voir mon désarroi... Mais l'une dort et l'autre est trop occupée... Si j'osais changer de place... Comme c'est dur ; je ne sais pas faire face à la première...

- Assez, monsieur ! Cessez d'ennuyer cette jeune fille. Vous ne voyez pas qu'elle est en deuil ? Ça porte costume et chapeau et ça veut faire le malin mais ça n'a pas deux sous d'éducation ! Allez, asseyez-vous à votre place et laissez la demoiselle en paix l Vous bilez pas, jeune fille. Moi aussi je vais à Paris et je m'en vais le surveiller le galant !

Merci Tante Ursule !... Pour être encore là avec moi. Je me sens mieux. Mais il faudra m'aider aussi à Paris pour le changement de Gare ! Quel voyage !... Mais c'est bien excitant, ainsi que vous me l'aviez dit !

 

© Lakévio