Je me suis longtemps demandé si j'allais en parler ou si je laissais passer... Finalement, je vais quand même vous conter mes déconvenues et mécontentements.  

 

Le 12 février 2014

Walden La Colline 2014 affiche

 

Ce spectacle a roulé sa bosse de Paris aux USA, de l'Amérique à Tourcoing et a été présenté à la Chartreuse de Villeneuve-lez-Avignon. Il en déroute plus d'un !

 

Vous connaissez sans doute ce texte de  Thoreau,

 

walden-thoreau

 

très travaillé, parfois ennuyeux mais souvent magnifique, sur les deux ans et demi qu'il a passé seul dans les bois, près de Concord, Massachusets. Le mettre en scène est sans doute ardu. On pense à une lecture, un récit...

C'était sans compter sur le "RE" devant WALDEN !

Je cite : 

"Re : Walden est un projet à géographie variable : installation, performance, sur OpenSimulator, et ici en version théâtrale."

 

 

 

Surprise ! Le bord de scène est couvert d'ordinateurs avec des acteurs (?) qui y regardent des graphiques. Une autre braque un appareil photo (elle le tiendra pendant tout le spectacle) sur... LES acteurs qui, en cet instant, pendant que les spectateurs s'installent, ont l'air de répéter à voix basse leur texte, qu'ils triturent, se reprenant, cherchant le mot juste. Ils répètent ou le spectacle commence-t-il déjà ?... c'est commencé. Les spectateurs s'assoient et font rapidement silence car les acteurs murmurent ! Trois ou quatre "Thoreau" (dont un, rappelant un peu jacques Tati, s'exprimant en anglais) vont bientôt déambuler dans l'espace vide, hachant (mâchant ?) un texte "défiguré" si j'ose dire !

En fait, c'est beaucoup plus qu'une déconvenue, un scandale ! Cette fois-ci, ce n'est même pas une scénographie "d'après" l'auteur, mais une dénaturation, - je sais, j'use d'un mot à la mode mais je n'en ai pas d'autres en l'occurence, je ne peux pas parler de déconstruction puisque le texte n'existe qu'en livre et non en scène. 360 pages réduites en 30 lignes, susurrées, ressassées, répétées, balbutiées, tronquées, scandées, murmurées, brouillage des mots, cacophonie de sons, d'images et de musique. Le seul point positif, ce spendide lac, le Walden Pound, projeté sur l'écran et sur lequel passent les saisons qui, hélas, soudain s'emballe et l'image se termine en ondulations noires...

 

walden_comp_1_year_web

Walden LaColline 2014 12

Walden-Memories

Walden-IIIP

 

 

Il est une chose de faire une création de sons, images et textes poétiques ou romanesques, une autre que d'utiliser le texte d'un auteur qui a voulu s'éloigner du monde et célébrer la Nature. Thoreau n'y était assurément pas.