Où il est question de chaussures...

car pour marcher, il faut être bien chaussée...

 

Sans avoir été comme Madame Ceaucescu ou Imelda Marcos - mon mari n'est pas dictateur  ! - j'ai possédé une grande quantité de chaussures (et de sacs ! ajoute chacun des membres de ma famille, mais restons-en aux chaussures).

chaussures Imelda Narcos

collection de chaussures d'Imelda Narcos

 

J'ai toujours adoré les chaussures, même toute petite. C'était toujours fête lorsque ma mère m'emmenait choisir la nouvelle paire de la rentrée ou les sandales d'été ou encore celles d'une occasion particulière.

 

Adolescente, ma passion s'est amplifiée avec le goût d'assortir sac ou gants.

sac chauss assor

sac gants assor

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

J'étais raffinée à l'époque et c'était le seul luxe autorisé avec l'uniforme de mon Institution scolaire ! Affaire de se distinguer des autres par les pieds...

pensionnat 1966

Pensionnat en Belgique - 1966

 

Jeune femme, LeMaître était toujours impressionné (et légèrement énervé) de voir l'étendue de mon rayon chaussures... Incollable j'étais sur les appellations des divers modèles !

ballerine, baby, escarpin, décolté, talon aiguille, compensé, découpé, mocassin, richelieu, lamballe, derby, charles IX, ghillie, sandales, sandalettes, claquettes, nu-pieds, tongs, spartiates, sabots, espadrilles, cyclistes, tennis, baskets, boots, bottines, botillons, bottes, cavalières, brodequins, etc ...

 

Saurez-vous identifier précisément celles présentées sur la photo ?

chausures dames

 

 

Pour ceux qui voudraient tout savoir, je conseille ce site 

 

 

 

Une fois mère, ma passion s'est étendue aux chaussures d'enfants et les pieds de ma couvée ont toujours été bien équipés, de façon adaptée à la saison et "au temps qu'il fait", alors qu'ils auraient préféré, m'ont-ils avoué, porter éternellement les chaussures de sport comme la plupart de leurs camarades. Pardon, mes chéris.

 

chaussures enfants

 

 

J'avais le pied beau, j'avais... Long et mince, la cheville fine et élégante, donc j'étais un peu difficile à chausser.  Alors, une fois que j'avais trouvé chaussures à mon pied, j'ai commencé à les "faire durer"  très longtemps... jusqu'à l'usure sans en changer.   Pour aller dans le bac à sable, puis en forêt, courir sans cesse pour accompagner mes petiots, j'ai troqué les escarpins et talons pour les mocassins et les ballerines.  Puis ce furent mes chevilles qui commencèrent à gonfler et les douleurs sont arrivées. J'ai changé de boutique... J'ai choisi des modèles élégants mais plus confortables. J'ai caché mes petits rotis (comme dirait Heure Bleue!) sous des chaussettes spéciales et des bottines. J'en suis aux boutiques spécialisées qui ont des modèles permettant d'inclure une semelle tout en restant presque agréable à l'oeil (si, si, ça existe!  ICI par exemple pour Paris). Surtout l'été lorsqu'il faut bien aérer ses orteils !

 

chauss 400_SP

Chauss 567_PS

Chauss 674

Chauss 870

chauss 937

 

 

 

 

 

Je dois dire que ce traitement convient à mes pieds qui retrouvent assez souvent un semblant de jolie forme. Rien à voir avec mon jeune temps mais effectivement je ne suis plus jeune...

 

 

Pour conclure, je rappellerai un vieil adage à adopter : ce que tu ne peux changer, accepte-le.