Anouilh_Le_nombril_2011

 

de Jean Anouilh (1910 - 1987)

jean_anouilh

 

C'est la dernière pièce d'Anouilh (1981). Pièce-testament où il met en scène un vieil auteur malade qui peine à terminer sa dernière oeuvre mais qui reste fidèle à ses choix, sans compromissions, même si cela lui a assuré le succès mais pas les honneurs...

Thème : Léon, auteur à succès, unanimement reconnu comme égoïste par ses proches, se sent sur une pente descendante. Alors qu'il est accablé par une crise de goutte, il tente de terminer sa prochaine pièce. Mais sa famille, maîtresse, ex-épouse, enfants, son médecin et son "ami de toujours", nombrilistes acharnés viennent envahir son espace, quémander, juger, reprocher... 

 

 C'est aussi la dernière mise en scène de Michel Fagadau, directeur de la Comédie et du Studio des Champs-Elysées - qui avait aussi monté Colombe, du même auteur - et qui vient de nous quitter le 10 février dernier à l'âge de 80 ans.

Michel_Fagadau

 

 

Voici ce qu'il disait du Nombril :

"Colombe, joué à la Comédie des Champs-Elysées en 1996 puis en 2010, fut un triomphe et un de mes meilleurs spectacles. Sur la lancée, monter une autre pièce de Jean Anouilh était plus que tentant et semblait légitime. Mais ce qui m'a  poussé à choisir Le Nombril, dernière pièce de Jean Anouilh, quasi testament, c'est qu'à travers la comédie de caractère et de moeurs, plus actuelle que jamais et assez moliéresque, se dessine le désarroi de l'auteur quant à sa véritable identité. A la fois en tant qu'homme, face aux choses de la vie,, face à l'influence grandissante du théâtre d'avant-garde dont il a parfois ridiculisé, à juste titre, la prétention et l'amateurisme, et du théâtre de l'absurde, qu'il a par contre souvent défendu et admiré, notamment Ionesco et Beckett. Cela donne une oeuvre comique forte sur les éléments essentiels de la vie : l'amitié, les enfants, la famille, l'amour, l'argent, la notoriété. Telle la fin du Formidable Bordel, on peut vraiment trop souvent se demander si la vie elle-même n'est pas un théâtre de l'absurde."

 

Mon avis : Un moment très divertissant avec des acteurs remarquables. Francis Perrin, dans le rôle de Léon est excellent mais chaque personnage est parfait, particulièrement Francine Bergé, Davy Sardou et Jean-Paul Bordes.

Je recommande particulièrement cette pièce aux nostalgiques des années 50  pour le décor et  les costumes d'époque !