Retour  très parisien !


images

Corneille résiste à la Comédie Française !

 

 

 

 

 

 

 

 





L'Illusion comique de  Pierre Corneille, mise en scène de Galin Stoev.

    Corneille n'a que 29 ans ,quand il écrit cet” étrange monstre“, pour reprendre sa propre expression mais il a déjà écrit plusieurs comédies et tragédies mais pas encore Le Cid.
 

Thème :

"A trop faire de reproches à son fils, on le perd et le regret de cet éloignement vous fait chercher tous les moyens de le revoir. C'est ce qui arrive à Pridamant que son ami Dorante conduit alors chez Alcandre, un homme hors du commun capable de miracles. Le magicien 'donne un coup de baguette magique et on tire un rideau, derrière lequel sont en parade les plus beaux habits des comédiens.' Les protagonistes deviennent alors des spectateurs sous les yeux desquels se déroulent comme à l'écran les aventures de Clindor , jeune homme prêt  à tout, à 'faire danser un singe au faubourg Saint-Germain , à tourner des rimes et des romans, à devenir le valet du poltron Matamore, même à monter sur les planches, pour gagner sa vie et le coeur de l'irrésistible Isabelle. Ces péripéties, joyeuses ou tragiques, ne seraient que divertissement si Corneille n'en avait fait aussi une véritable apologie du théâtre par la virtuosité de la mise en abîme du théâtre dans le théâtre, par sa maestria dans la construction de la pièce et par les discours de ses personnages."

Evene.fr

 

 

 

illu20

illusion_ls


arton1735_350x233

Mon avis :

Il est en ce moment une illusion de mise en scène de L'Illusion comique... Alertés par les critiques faisant état du massacre de Gavin Stoev de la pièce, nous étions circonspects... Mais trop de critiques nuit à La Critique!

Les acteurs, comme toujours, furent excellents. Denis Podalydès campe un Matamore original, chétif et craintif, un peu fou. Les jeunes recrues ont soutenu leur rôle et, ma foi, nous avons oublié l'ignoble construction au centre du plateau, acier et verre, avec escalier qui ne sert à rien, portes et baies vitrées où passent et repassent les acteurs, ainsi que les robes identiques portées par Isabelle et sa suivante (qui à un moment, munie d'un chiffon et un vaporisateur, fait les vitres !!! remarquez, elles sont sales, c'est vrai !), les pulls gris et tee-shirts de Pridamant et Alcandre-Géronte ou Dorante-Clindor!!!

Le plus pénible fut en effet de se repérer dans les rôles puisque certains acteurs doivent jouer deux  personnages!

Et on abuse un peu trop de ce phrasé "distancié" très à la mode en ce moment.

Cependant, ne boudons pas ce spectacle. Pour Corneille et les acteurs du français.

 

Salle Richelieu

jusqu'au 21 juin 2009