... loin d'être angélique !

CELESTINE_Affiche

Spectacle actuel dont voici la bande-annonce : cliquez ICI


 

La Célestine, née en 1499 sous le plume de Fernando de Rojas, fut un roman avant de devenir une tragi-comédie. L’œuvre connaîtra de nombreuses versions, et ce personnage hantera la littérature européenne jusqu’à l’époque baroque. De ce texte foisonnant, Henri Lazarini a tiré un spectacle d’une heure trente, très « grand public », en réduisant l’intrigue à ses éléments essentiels. Calixte, amoureux fou de Mélibée, fait appel, par l’intermédiaire de son valet Semporio, à une mère maquerelle, la Célestine, pour parvenir à ses fins. Les ruses et les manipulations de la Célestine (l’éternel combat du vice contre la vertu !) constituent l’essentiel des péripéties, avant le rendez-vous nocturne dans le jardin de Mélibée. Le texte est fascinant en ce qu’il contient en germe tout un pan de la littérature européenne. Il permet en particulier de mesurer l’influence de ce théâtre espagnol sur le théâtre français, de Molière (on pense à l’entremetteuse de lÉcole des femmes) aux romantiques.

.        

      celestine_biyouna_1
   

 

 Tout l’intérêt de l’œuvre réside dans la peinture des caractères. Cette femme, la Célestine, est « une femme telle que les vices des hommes l’ont faite ». Corruptrice de jeunes filles, son expérience lui permet de contourner tous les obstacles et d’amadouer les plus revêches. C’est une figure inquiétante et satanique à plusieurs titres. D’abord parce qu’elle recourt à des sortilèges pour envoûter Mélibée et la convaincre de rencontrer Calixte. Ensuite parce qu’elle met à nu les mobiles les moins avouables du comportement humain, à commencer par la cupidité.    

Article de Fabrice Chêne.  Les Trois Coups   

      
   

  celestine_biyouna_2                                 

celestine

     La Célestine, de Fernando de Rojas    

 

    Adaptation : Henri Lazarini

    Mise en scène : Frédérique et Henri Lazarini        

    Avec : Biyouna, Luis Rego, Rona Hartner, Myriam Bella, Céline Caussimon, Éloïse Labro, Gaspard Legendre,  Didier Lesour, Tristan Lhomel

    Scénographie et lumières : Xavier Lazarini        

    Son : Isabelle Surel    

    Costumes : Patricia Leroy-Lacassagne        

    Accessoires : Clément Seurat    

    Vingtième Théâtre • 7, rue des Plâtrières • 75020 Paris        

    Réservations : 01 43 66 01 13    

    Métro : Ménilmontant        

    Du 14 janvier au 1er mars, du mercredi au samedi à 19 h 30 ; dimanche à 15 heures    

    Durée : 1 h 30        

    22 € | 12 €    

   

    Représentations les 13 et 14 mars 2009 à 21 heures        

    au Théâtre des Trois-Vallées, avenue du 8 Mai-1945 • 91120 Palaiseau     

 Renseignements et réservations : 01 60 14 29 32

 


Mon avis Une bonne soirée. Spectacle musical et coloré avec des imperfections qu'on pardonne tant Biyouna vaut le détour !