du 21 au 30 novembre 2008, du 1er au 19 decembre 2008
à 20H , sauf le dimanche à 15H30
grande salle
Relâche le lundi

TEXTE WILLIAM SHAKESPEARE
TEXTE FRANÇAIS JEAN-MICHEL DÉPRATS
MISE EN SCÈNE CHRISTIAN SCHIARETTI

LUMIÈRE JULIA GRAND
SON MICHEL MAURER
COSTUMES THIBAUT WELCHLIN
MAQUILLAGE, COIFFURES NATHALIE CHARBAUT
DIRECTEUR DES COMBATS DIDIER LAVAL
ASSISTANTES LAURE CHARVIN-GAUTHEROT, NAÏD AZIMI
ASSISTANT À  
LA SCÉNOGRAPHIE LOÏCTHIÉNOT
ASSISTANT AUX COSTUMES JEAN-PHILIPPE BLANC
ASSISTANT AU SON LAURENT DUREUX, ÉRIC GEORGES,OLIVIER RENET ET PIERRE SAUZE
CONSEILLER DRAMATURGIQUE GÉRALD GARUTTI

TECHNICIENS EN JEU LUIS CARMONA, FABRICE CAZANAS

AVEC STEPHANE BERNARD, ROLAND BERTIN, LAURENCE BESSON, PASCAL BLIVET, OLIVIER BORLE, MOHAMED BRIKAT, JEANNE BROUAYE, ARMAND CHAGOT, JEREMIE CHAPLAIN, PHILIPPE DUSIGNE, GILLES FISSEAU, JULIEN GAUTHIER, JACQUES GIRAUD, NICOLAS GONZALES, DAMIEN GOUY, SYLVAIN GUICHARD, BENJAMIN KERAUTRET, CLAUDE KOENER, AYMERIC LECERF, DAVID MAMBOUCH, CLEMENT MORINIERE, DANIEL POUTHIER, LOÏC PUISSANT, JEROME QUINTARD, DIMITRI RATAUD, ALAIN RIMOUX, JULIETTE RIZOUD, JULIEN TIPHAINE, JACQUES VADOT, CLÉMENTINE VERDIER, HÉLÈNE VINCENT, WLADIMIR YORDANOFF
 




Le texte Coriolan est publié aux Éditions

La Pleiade Gallimard.

Production : 

Théâtre national populaire de Villeurbanne, avec le soutien du département du Rhône.
Avec la participation artistique de l’Ensatt et l’aide de la région Rhône-Alpes pour l’insertion des jeunes professionnels.
Avec le soutien du Jeune Théâtre national.
En co-réalisation avec Le Festival d’automne à Paris.


durée : 3h45 avec entracte


En 1607-1608, William Shakespeare vient de lire La Vie des Hommes Illustres de Plutarque. L’historien romain a écrit Une vie de Coriolan. C’est de cette source que Shakespeare tire son Coriolan.


La pièce se joue sur le forum romain où se mesurent, en un singulier combat, les tribuns de la plèbe et les délégués patriciens. La situation économique est difficile. Les artisans, le peuple réclament du blé, une justice plus grande. Orgueilleux patricien et valeureux soldat, Caïus Marcius affronte en combat singulier Tullus Aufidius, le chef des Volsques et lui inflige la défaite à Corioles. C’est à ce moment qu’il prend le nom de Coriolan. Son triomphe conduit sa caste à le proposer pour le Consulat. Malgré son mépris envers les tribuns de la plèbe, et sur les conseils pressants de sa mère Volumnia, il consent à se soumettre à la comédie de la séduction : il doit en effet séduire le peuple puisqu’il doit en recueillir les votes. Mais bientôt, informés du risque de dictature que représenterait son élection, les plébéiens lui retirent leurs voix et exigent son bannissement. Coriolan rejoint alors le camp des Volsques, s’allie à son ancien ennemi Aufidius, porte les armes contre Rome, sa patrie. Grâce à l’emprise affective de Volumnia, dépêchée par la noblesse romaine terrorisée, il renonce à sa vengeance et s’arrête aux portes du Capitole. Seconde trahison qu’il paiera de sa vie : son allié occasionnel, Aufidius, ordonne son assassinat.

 

coriolan2_christian_ganet

 

coriolan1_christian_ganet

Pour voir un extrait de la pièce cliquer ICI

 

Mon avis : Un spectacle qui a du souffle! Une pièce méconnue de Shakespeare et peut-être pourtant la plus subtile, la plus fine dans son approche psychologique des personnages.

Des acteurs remarquables, un bémol sur la diction trop rapide de Dimitri Rataud (Aufidius), mais un grand bravo à Roland Bertin (Ménénius Agrippa) qui parvient toujours à nous faire croire que le rôle était fait pour lui !

Costumes de l'époque de Shakespeare et mise en scène tonique, colorée, reposant presque uniquement sur des jeux de lumières.

Une excellente soirée que je recommande à tous. Osez braver le froid et l'attente de la navette pour vous propulser aux Amandiers, à Nanterre !