Les soirs d'été sont loin....

Ils sont dans ce laps de temps, entre regrets des derniers couchers de soleil et espoirs des prochaines poussières d'étoiles dans un ciel d'hiver très froid et très clair...

Mais viennent maintenant des veillées que j'aime tout autant, au chaud, sous la lampe, en lisant...


A_la_veill_e


les ... poèmes en prose de

Eugénio de ANDRADE

  Mémoire d'un autre fleuve (1976-1977)
                                                         
                                                      

                                                            
                                                             SUR LE LIN


         

         De ce ciel de paysans j'ai rapporté l'azur, l'azur net du lin, l'azur blanc. Je l'étends ici, où la nuit est la plus dure (exactement comme autrefois sur la berge des femmes d'une haute antiquité venaient étendre leur linge sur les pierres du matin) et sur lui je me couche. Puissé-je, comme elles, dormir à présent tranquille, ma tâche accomplie.

                                                    

                                                   SYLLABE SUR SYLLABE

 
         J'apprends une grammaire d'exil, sur les versants du silence. C'est un apprentissage qui requiert jambes solides et main assurée, choses dont je ne peux plus guère me vanter, pourtant, bien que précaires, mes mains furent animaux de patience, et mes jambes,elles, continuent de grimper aux jours sans l'aide de quiconque. Sans la désinvolture de plus d'un, mais tirant parti des accidents variés de la pierre, que je connais bien, me voici posant syllabe sur syllabe. De l'aube au coucher du soleil.