Je tiens à rassurer celles (et ceux) qui ont pensé que j'avais l'humeur morose ou l'âme chagrine : JE VAIS BIEN !
Afin de faire plus ample connaissance, je vous initie à mon univers "lettré et poétique" (excusez du peu !)
                    Maeterlinck "vit" dans notre famille depuis plus de trente ans pour ma part (beaucoup plus pour Mr Lakevio !) Et si j'ai choisi de vous présenter ce premier poème, c'est qu'il réunit les thèmes favoris de l'auteur : l'eau, l'anneau d'or et l'agneau.... En voici un autre ... (Recueil des Quinze Chansons)

            Et s'il revenait un jour
            Que faut-il lui dire ?
            - Dites- lui qu'on l'attendit
            Jusqu'à en mourir…      

            Et s'il m'interroge encore
            Sans me reconnaître ?
            Parlez-lui comme une sœur,
            Il souffre peut-être…         

            Et s'il demande où vous êtes
            Que faut-il répondre ?
            - Donnez-lui mon anneau d'or
            Sans rien lui répondre…         

            Et s'il veut savoir pourquoi
            La salle est déserte ?
            - Montrez-lui la lampe éteinte
            Et la porte ouverte…

          Et s'il  m'interroge alors
            Sur la dernière heure ?
            - Dites-lui que j'ai souri
            De peur qu'il ne pleure…


 
                               Je vous l'accorde, pas gai le poète ! Certes, certes... Mais je suis sensible à sa propre mélodie intérieure... Sans doute une façon d'exorciser, des transcender la pauvreté, la tristesse, la douleur, la détresse que je côtoie semaine après semaine dans mon métier. C'est mon sas, mon filtre à moi, que de tout sublimer avec de belles rimes, des mots choisis...
                              Parce que j'aime les mots !
                            
J'aime les mots pour leur forme, leur sonorités, leur mystère, leur étrangeté, leur charme, leur force... Certains "parlent" plus que d'autres !
                              Colette raconte que, enfant, elle adorait répéter le mot "
presbytère"...  Une de mes amies se souvient de son obsession enfantine pour le mot "CATERPILLAR".... Mr Lakevio était, lui, obnubilé par la trouvaille de son jeune frère :"nécropetère" (pour hélicoptère!)...
                              
J'aime les mots ! les mots doux, les mots tendres, les petits mots (et même les gros !), les mots pour le dire, juste un mot, le mot juste, encore un mot... Les mots empruntés, les mots déformés, les mots détournés, les contresens, les mal-entendus, les créations, les inventions, les lapsus...
                             Parce que les mots sont traitres... Ils se dérobent, nous trahissent, nous révèlent, nous trompent, nous masquent parfois... Comment s'entendre, se comprendre si chacun a sa propre définition du mot...
.
                             Allons, c'est encore Maeterlinck qui aura le dernier mot ! :


                                          "Je ne comprends pas tout ce que je dis, voyez-vous ... Je ne sais pas ce que je dis... Je ne sais pas ce que je sais... Je ne dis plus ce que je veux..".
                                                                             (Mélisande :  Acte V scène II in Pelléas et Mélisande)

180px_Mary_Garden_in_Debussy_s_Pell_as_et_M_lisande_2
                       

Posté par lakevio à 20:10   - Commentaires [1]   - Rétroliens [0]  - Permalien [#]

 

Commentaires

   

Ah notre cher Maurice. Que j'aime ce poème.
Ici temps à faire sortir les petits presbytères de Colette. IL pleut il pleut.

Posté par Maxence, 11 janvier 2008 à 21:07